Journée de la Femme : la e-commerçante française est-elle un commerçant comme les autres ?

Si le secteur du e-commerce connait de mieux en mieux le profil de celles qui achètent en ligne, voici quelques éléments extraits de nos données qui définissent un peu mieux le profil de celle qui vend en ligne, la e-commerçante.

Qui douterait encore que les femmes disposent, elles aussi, de toutes les qualités et de toutes les compétences nécessaires pour réussir à lancer leur propre activité ? Sûrement pas celles et ceux qui côtoient et travaillent dans le secteur du e-commerce ! 

Si c'est parfois à la suite d'une naissance qu'elles se lancent dans le e-commerce, les changements d'orientations de carrières et de choix de vie sont aussi des facteurs déterminants de leur présence dans le e-commerce. Si elles sont majoritaires à créer leur propre activité et à travailler seules, il y a aussi toutes celles qui dirigent des équipes et des projets dont elles ne sont pas forcément à l'origine, dans de petites, de moyennes et grandes entreprises. Car le e-commerce c'est aussi un secteur qui recrute,et crée de l'emploi.

 La e-commerçante type a entre 25 et 34 ans

Si elles ne font pas encore jeu égal avec les hommes, les femmes dans le e-commerce représentent néanmoins près de 40% des e-commerçants. 

Présente à peu près à part égal dans toutes les classes d'âge, elle est néanmoins légèrement surreprésentée dans la classe d'âge des 25/34 ans et sous-représentée dans la classe des 18/24 ans.

Contrairement aux idées reçues, la e-commerçante n'est pas majoritaire dans le secteur Cuisine/alimentation.

Quand elles se lancent dans le commerce en ligne, les femmes sont majoritairement présentes dans les secteurs :

  • Mode, Vêtements/accessoires
  • Beauté et Bien-être 
  • Culture/Loisirs

Par contre, pas de surprise, conformément aux idées reçues, elles sont largement minoritaires dans le secteur de l'informatique/électronique.

 Une e-commerçante citadine plutôt diplômée, et plus que les hommes

La e-commerçante est plutôt citadine, une majorité vit à Paris et dans des agglomérations de plus de 200 000 habitants, à l'opposé l'homme e-commerçant qui lui, vit pour près de 30% en zone rurale.
Les femmes qui créent des boutiques en lignes ont majoritairement fait des études. 

27% d'entre elles disposent d'un diplôme Bac+5, alors que chez les hommes, le groupe le plus diplômé (20%) dispose d'un Bac+2.

 La e-commerçante se lance dans le e-commerce pour trouver l'épanouissement personnel

Autre spécificité des femmes qui se lancent dans le e-commerce, elles le font principalement par recherche d'épanouissement personnel, contrairement aux hommes dont aucun n'a sélectionné cette réponse quant aux motivations qui les animent, mais également dans le but de pouvoir travailler de chez elle.

Si elles n'en parlent suffisamment ouvertement, et c'est bien dommage, la progression du chiffre d'affaires, le développement, la promotion ou la reconnaissance comptent de plus en plus, et elles sont de plus en plus nombreuses à se donner les moyens de la réussite pour laquelle elles travaillent et font avancer leurs équipes.

Une des grandes différences entre le e-commerce et le commerce physique, c'est que lorsque vous cliquez sur l'adresse d'un site, contrairement au moment où vous poussez la porte d'une boutique, vous ne savez pas forcément que derrière la boutique en ligne, c'est une femme d'affaire, une chef d'entreprise qui tient les rênes. 

C'est peut-être aussi ça le progrès vers plus d'égalité : sur le Net, homme, femme, même "combat", les plus tenaces, les plus créatives, les plus innovantes sont récompensées, sans discrimination.

Bon courage Mesdames, bienvenue de plus en plus nombreuses dans la vente en ligne, créatrices, managers et collaboratrices de tous les horizons, aujourd'hui, et tous les jours de l'année !

Autour du même sujet