Le World Wide Web est-il vraiment mondial ?

Il y a quelques semaines, le CERN – Centre Européen de Recherche Nucléaire célébrait les 20 ans d'Internet en réactivant le premier site internet de l'histoire de la Toile. L'occasion de revenir sur une technologie à l'époque révolutionnaire et qui, aujourd'hui, est utilisée par près de 3 milliards de personnes dans le monde.

Surfer sur le Web semble être basique et facile pour la plupart des gens, ce qui est d'autant plus vrai avec l'avènement des smartphones et tablettes, mais cela demeure néanmoins un luxe pour la majorité des pays, comme le révèle  une étude internationale sur la téléphonie réalisée par Nielsen et l'Union internationale des télécommunications. Cela est dû à un accès restreint à Internet, que ce soit dans des pays en voie de développement ou industrialisés.

Des pays comme la Scandinavie, les Pays-Bas et l'Allemagne figurent en effet en tête de liste des taux de pénétration d'Internet. Pourtant, malgré la relative richesse économique et les avancées technologiques en Europe, de vastes régions sont encore dépourvues de connexion DSL ou à haut débit en raison de problèmes de transmission ou d’infrastructure.

Dans certaines régions en revanche, Internet n'est plus considéré comme un luxe mais comme une première nécessité, au même titre que l'électricité et l'eau potable.  On sait aujourd'hui qu'il existe un lien direct entre le taux de pénétration d'Internet et le PIB/les richesses d'une région ou d'un pays. Le manque de pénétration d'Internet et le niveau de vie en Asie et en Afrique sont éloquents ; ils mettent nettement en évidence. Il existe une corrélation évidente entre la pénétration d'Internet et l'accès à de meilleures perspectives économiques et conditions sociales. Il va également de pair avec un plus grand respect des droits de l'homme.

Alors, on peut se poser la question suivante : comment permettre un accès à Internet dans le monde entier ? Certains diront qu'il faut passer par la refonte pure et simple des réseaux pour les optimiser, les rendre plus simple, faciliter la mise en place des infrastructures. D'ailleurs, certaines organisations ont déjà été créées dans l'optique de réaliser cette mission de remise à zéro des infrastructures réseau.
Une alternative réside dans la LTE 4G dans la mesure où cette technologie permet l'accès à Internet haut débit même aux régions les plus reculées et défavorisées dans le monde. 2012 a d'ailleurs été qualifiée de l'année de la LTE 4G sur le continent africain avec pas moins de 49 pays ayant pris le parti d'implémenter cette technologie sur leur territoire, dont certains les ayant déjà activés.
Avec des opérateurs qui étendent la LTE 4G à tous les continents, et plus de déploiements prévus dans un futur proche, la LTE 4G va certainement permettre à des milliards d'utilisateurs de se connecter à l'Internet haut débit d’ici 2020.

Au-delà de l'accès à un Internet 'haut de gamme', les technologies de communication les plus poussées font également leur entrée dans ces contrées au fort potentiel mais aux faibles ressources : visioconférence, applications, réseaux sociaux... Et ce autant pour les individus que les entreprises !

Cependant, le réel intérêt ne réside pas tant dans la capacité technologique (en tout cas pour l'instant) que la LTE 4G apporte aux pays africains, mais dans le fait que ces pays soient désormais considérés comme des concurrents économiques au niveau mondial et qu'il existe un réel potentiel, et un véritable espoir, d'évolution sociale par la technologie. En effet, cette technologie LTE 4G permettra de pousser d'autres facteurs, tels que l'innovation, la productivité mobile ou encore la réduction des coûts.
Au final, Internet est aujourd'hui considéré comme l'un des moyens de communication et de découverte du monde les plus répandus. Néanmoins, l'accès libre et égal à cette technologie reste sujet à discussion dans certaines régions du monde, que ce soit les plus reculées comme les plus développées. Seules les initiatives des dirigeants pourra lancer sur la voie du tout-connecté le monde entier.

Autour du même sujet