Vers la fin de la distribution à domicile ?

Livrer une commande internet au domicile des consommateurs n'aura bientôt plus de raison d'être. L'essor du e-commerce a révolutionné les modèles de distribution actuelle. La livraison à domicile doit connaître sa révolution... Exigeons-la.

Au Canada, le facteur ne passera plus : pour faire des économies, la Poste Canadienne a décidé de mettre fin à la distribution du courrier à domicile.
En France, La Poste pourrait connaître des difficultés. Faut-il supprimer la tournée du facteur pour sauver La Poste ?
Certainement pas et cela pour deux raisons : l'accès équitable aux échanges de correspondances est un droit fondamental acquis qui met à égalité l'ensemble des Français sur le territoire métropolitain. En réfléchissant, il serait presque inutile de s'attarder sur l'avenir du courrier papier compromis par le développement du numérique et des nouvelles technologies : laissons donc le courrier mourir tranquille.
En revanche, on peut se poser la question sur la livraison au domicile des colis principalement issus de la vente à distance.
On ressent très bien que l'essor du e-commerce en France est entrain de bouleverser les modèles traditionnels de distribution vers les particuliers. Dans ce contexte, quel est l'avenir de la livraison à domicile? Il pourrait être compromis...dans sa forme actuelle. Pourquoi?
Lorsque que l'on se place du côté du consommateur, c'est parfois une aberration. On met très (ou trop) souvent en avant la part croissante des inactifs en France, mais ne négligeons ceux qui travaillent ou ceux qui ne travaillent plus et qui pratiquent une activité à l'extérieur de leur domicile la journée.

Si dans son modèle actuel, La Poste parvient à livrer au domicile en porte à porte un colis sur deux, on est en droit de se poser quelques questions. Quelle action intenteriez-vous avec une probabilité de réussite de 50 %. Prendriez-vous le métro en sachant qu'une fois sur deux, il n'y aurait pas de rame à quai ? Qui utiliserait sa voiture si elle ne démarrait qu'une fois sur deux ?
Les temps ont changé; il est essentiel de se pencher sur le besoin des clients et d'y répondre avec précision.
Les clients internautes doivent imposer leurs exigences en matière de distribution des colis commandés par internet. Favorisons la précision par des rendez-vous convenus avec les transporteurs, et poussons les modèles qui autorisent les livraisons au domicile entre 18 et 22h, mais aussi en relais commerçant et les consignes.
L'arrivée en force du spécialiste polonais InPost qui annonce l'ouverture progressive de 2 500 automates intelligents pour se substituer à la livraison au domicile trop contraignante répond dorénavant plus précisément aux besoins des internautes.De même, l'association entre Geopost et Neopost pour un déploiement d'un parc de consignes automatisées destinés à la livraison et au retour des colis rendront les livraisons plus efficaces, c'est certain.
Concernant les services de distribution de courrier, il serait temps de transformer le rôle de nos facteurs en véritable acteur de la proximité et du développement des services à la personne. Les missions de service public pourraient aussi être remises à jour : donner un accès gratuit à un internet à tous, même en bas débit serait une solution à la mort programmée du courrier papier et un réflexion à mener sur la mission de service public de la Poste...

La Poste / Service public