Comprendre l’évolution du paysage des noms de domaine

Avec le recul, l’année 2014 a notamment été marquée, du point de vue des domaines Internet, par l’entrée en application des nouveaux gTLD (domaines génériques de premier niveau), un événement qui a eu des effets considérables pour les entreprises comme pour les gestionnaires de marques.

Parallèlement à ces évolutions, il subsiste également d’éternels enjeux qui conservent toute leur importance, en particulier ceux entourant la sécurité des noms de domaine et la gestion des portefeuilles de domaines.

 

Alors que l’année 2015 est déjà bien engagée, il est essentiel de passer en revue l’espace des domaines dans un souci d’anticipation, plus particulièrement compte tenu du rythme d’évolution du marché. Examinons ces dix faits marquants :


10 – Ralentissement global de la croissance du marché des noms de domaine

Bien que près de 4 millions de nouveaux gTLD aient été enregistrés selon le dernier rapport de Verisign, la croissance du marché des noms de domaine a en fait ralenti à 7,2 %, contre 8,5 % sur la même période l’année précédente. Cette croissance pourrait encore davantage se concentrer en raison du succès des enregistrements gratuits, par exemple sur le TLD (domaine de premier niveau) .TK, qui est aujourd’hui le plus répandu après .COM.

9 – Entrée en vigueur des mécanismes de protection des droits (RPM) pour les nouveaux gTLD

En 2014, quatre procédures sont entrées en vigueur : suspension uniforme rapide (URS), de résolution de conflits après délégation (PDDRP), résolution de conflits sur les restrictions des registres (RRDRP) et résolution de conflits sur les obligations d’intérêt public (PICDRP). Parallèlement, plus de 300 nouveaux registres de gTLD sont entrés en service. Alors que seule la procédure URS a été utilisée l’an passé, de nombreux acteurs attendent de voir si et comment les autres procédures vont effectivement fonctionner.

8 – Abandon par les Etats-Unis des fonctions de gestion de l’adressage sur Internet (IANA)

Indubitablement, l’un des faits marquants en 2014 a été l’annonce aux Etats-Unis par la NTIA (National Telecommunications & Information Administration), une agence du ministère du commerce, de son intention de transférer les fonctions clés du système de gestion des noms de domaine Internet à une communauté multipartite mondiale. La NTIA a précisé que la proposition de transition devra bénéficier d’un large soutien de la communauté et respecter les quatre principes ci-dessous :

·         - soutenir et renforcer le modèle multipartite ;

·        -  préserver la sécurité, la stabilité et la résilience du DNS de l’Internet ;

·      - répondre aux besoins et aux attentes des clients et des partenaires des services IANA au niveau mondial ;

·        - préserver le caractère ouvert de l’Internet.

7 – Amélioration de la sécurité des registres

Si 2013 a été une année difficile pour la sécurité des domaines avec une bonne vingtaine de piratages de registres, la situation s’est nettement améliorée en 2014, puisqu’à peine une demi-douzaine de cas ont été observés. C’est encore loin d’être parfait, mais certainement déjà bien mieux. 

6 – Nouveaux problèmes de squatting de gTLD pour certaines marques

Avec près de 4 millions de nouveaux gTLD aujourd’hui enregistrés, il n’est pas surprenant que des marques connues se retrouvent enregistrées dans des TLD par des particuliers. De fait, une étude de World Trademark Review révèle une recrudescence de 50% des cas de cybersquatting touchant de grandes marques.

5 – Evolution des stratégies de gestion de portefeuille

Depuis des années, nous insistons sur la nécessité de rationaliser les portefeuilles de domaines trop lourds des entreprises. Or, si ces dernières en sont également conscientes depuis longtemps, il semble que l’an passé elles se soient enfin mises à passer en revue et céder des domaines devenus inutiles, dans le souci de réduire le coût et la complexité de leur portefeuille.

4 – Marché des domaines secondaires toujours solide

Comme les années précédentes, les ventes haut de gamme de termes génériques dans les gTLD classiques sont demeurées fortes, nombre d’entre eux se négociant pour plusieurs millions. S’il demeure des préoccupations concernant l’impact éventuel du marché des nouveaux gTLD sur la valeur des domaines, il semble que cet impact soit assez faible jusqu’à présent.

3 – Lancement des premiers registres « .marque »

Bien que la majorité des nouveaux gTLD créés en 2014 aient été ouverts ou restreints, quelques registres de type « .marque » ont été lancés en 2014, parmi lesquels .AXA.

2 – Remise en question du modèle ICANN

En 2014, l’ICANN a dû faire face à des accusations sur ses décisions prises d’en haut et imposées à la base. Si l’on y ajoute la complexification du paysage de la gouvernance de l’Internet, des appels à plus de traçabilité et la pression des Etats à travers le monde, l’année passée a été pour le moins difficile pour l’ICANN.

1 – Difficulté des choix pour les entreprises face aux nouveaux gTLD

Soumettre ou non à la TMCH (Trademark Clearinghouse) ? Enregistrer ou non ? Bloquer ou non ? Surveiller ou non ? Agir ou non ? De plus en plus fréquemment, les administrateurs de domaines des entreprises sont confrontés à ces questions épineuses, pour lesquelles il n’existe aucune réponse toute faite. L’attitude adoptée par les entreprises varie du tout au tout. Certaines ont bloqué la totalité de leurs marques, puis ont enregistré celles qu’il n’était pas possible de bloquer, tandis que d’autres en ont enregistré très peu, se bornant à surveiller leurs marques essentielles.

Tandis que la protection des marques en ligne et la sécurité de l’espace des domaines demeurent des priorités pour les entreprises, le suivi des évolutions va jouer un rôle critique. 2015 pourrait être l’année du véritable décollage des nouveaux TLD « .marque », ce qui pourrait avoir un impact majeur sur l’écosystème de domaines tel que nous le connaissons aujourd’hui. 

ICANN / Etats-Unis