Internet des objets - Une perspective pour le retail

Si l'IoT représente une énorme opportunité pour presque toutes les facettes de l'entreprise, ceci est particulièrement vrai pour les spécialistes de la supply chain, des opérations et de l’analyse. Les dirigeants du e-commerce et du commerce traditionnel voient dans l'IoT une opportunité d’avantage concurrentiel.

L’IoT c’est quoi ? Dès 1999, Kevin Ashton (MIT Centre Auto-ID) décrit l’Internet des Objets comme un réseau d'objets interconnectés qui génère des datas sans aucune intervention humaine. Aujourd'hui, Gartner décrit l’IoT comme «le réseau d’objets physiques contenant la technologie embarquée pour communiquer, détecter ou interagir avec leurs états internes ou l'environnement externe». Selon une enquête récente de Gartner, l’IoT est la tendance technologique qui connait la plus forte croissance. On estime que d'ici 2020, le nombre d'objets connectés sera multiplié par 30 pour atteindre 26 milliards.

Même si certains ne voient dans l’IoT qu’un nouveau nom à un concept ancien, ce qui a récemment changé est l'évolution de la technologie Cloud. Grâce aux solutions basées dans le cloud, nous pouvons maintenant avoir réellement accès à de la data générée par des objets connectés. La croissance de l’IoT s’appuie sur 3 leviers : la diminution du coût des puces intégrées, les technologies soutenues par une plateforme Cloud et alimentées par l'analyse Big Data et enfin le Machine Learning. Dans un avenir proche, le Cloud et le Big Data ne seront plus considérés comme des technologies de pointe. La frontière technologique et l'avantage concurrentiel se situeront au niveau de l'Internet des Objets (IoT) et la transition a déjà commencé.

Si l'IoT représente une énorme opportunité pour presque toutes les facettes de l'entreprise, ceci est particulièrement vrai pour les spécialistes de la Supply Chain, des opérations et de l’analyse. Les dirigeants du e-commerce et du commerce traditionnel voient dans l'IoT une opportunité d’avantage concurrentiel.  L'objectif est d'acquérir une meilleure visibilité sur chaîne d’approvisionnement, pour réduire l’incidence de la volatilité sur toutes les étapes de la chaîne et obtenir de meilleurs rendements en étant plus agile sur les flux produits.  Plusieurs développements sont  déjà en cours dans l'IoT et sont en train de révolutionner la chaîne d'approvisionnement du retail  à différents niveaux :

-          Au niveau du client d’abord : Le point le plus intéressant est l’intégration du consommateur  final dans l’IoT.  L’objectif principal est de récolter les données client pour créer des assortiments produits personnalisés, des offres personnalisées et différenciantes tout en simplifiant le parcours d’achat.  Si les trackers de santé sont devenus omniprésents  et que nous avons assisté à l'incursion d'Apple et de Motorola dans les montres connectées, d’autres innovations comme le Dash Button d'Amazon ou les smart chopstick de Baidu viennent s’ajouter au nombre croissant de dispositifs intégrés qui simplifient l'aide à la décision pour les consommateurs.

Tous ces dispositifs collectent en permanence de la data sur les préférences des consommateurs, sur les prescripteurs…  Cela représente une opportunité sans précédent pour un positionnement extrêmement pointu. Par exemple, à partir de l’historique de navigation d’une personne, de ses goûts culinaires et de ses influences sur les réseaux sociaux, des informations sur une barre de nutrition peuvent lui être proposées. Les recommandations peuvent être également adaptées si la personne s’est inscrite à un club de sport ou a fait l’acquisition d’un  tracker de fitness et ainsi de suite.

-          Du côté des retailers : Au-delà de la préparation de l'assortiment par les marchands, il y a les smart shelves et l’organisation du point de vente. Le category management  et  ses outils actuels fonctionnent en prenant en compte les données de ventes comme  le principal signal pour établir des prévisions, des simulations et des analyses associées. Les systèmes actuels utilisent l'analyse dérivée des ruptures de stocks. Un rapport international de P&G en 2007 sur les ruptures de stocks fait état d’un taux d'erreurs significatif lié à la façon dont les data sont récoltées qui mélangent de données manuelles PI et POS. Cet écart dans les données au niveau des linéaires a été signalé comme l'une des principales causes profondes de ruptures de stocks.

 Par ailleurs, nous assistons à une évolution rapide du comportement d'achat. Les systèmes actuels identifient ces changements avec un décalage qui ne permet pas d’apporter une réponse efficace. Avec les smart shelves, les retailers peuvent suivre avec précision les stocks pour déclencher une réponse spécifique lorsque le linéaire est vide et suivre activement le niveau de remplissage. Les étiquettes connectées permettent des modifications homogènes des prix sur tous les canaux de vente. L’historique de navigation ou le comportement du consommateur sur le point de vente sont également des indicateurs précoces.

 Pour reprendre l'exemple de barre de la nutrition, le temps passé devant une catégorie spécifique de produits (le yaourt allégé par exemple) peut être un indicateur précoce pour changer les suggestions ou les promotions. En outre, l’intégration de l’IoT au retail peut permettre au linéaire de déclencher automatiquement les commandes. Tout l'environnement peut être configuré pour accéder à une bibliothèque de planogrammes, aux données d'inventaire du magasin et rattaché aux entrepôts pour exécuter automatiquement le réassort.  Comme les éléments de cet environnement sont d’ores et déjà utilisés indépendamment, nous pouvons prédire que nous sommes à l’aube de l’IoT dans le retail.

Si le point de vente est à un stade moins avancé au niveau des applications de l’IoT, le transport et l'entrepôt en ont été les pionniers. Le déploiement de la RFID a représenté une première génération de données axées sur la machine. Des systèmes de tracking intégrés sont utilisés depuis longtemps dans les réseaux de transport et d'entrepôt. L’étiquetage RFID des palettes a permis de disposer d’une meilleure visibilité sur l'état des stocks et sur l'emplacement. La convergence des signaux de la demande et une visibilité accrue sur l'état des stocks et leur emplacement donne lieu à des scénarii tels que celui de l’expédition anticipée pour lequel Amazon a déposé un brevet.

 Une intégration croissante que permet l’IoT peut amener à une utilisation efficace des robots pour la manutention des matériaux et pour la livraison par drones. Ces innovations contestent l'efficacité des systèmes actuels d'optimisation en faisant du machine learning une alternative efficace. Le machine learning s’appuie sur des données récoltées à partir d'objets ou de capteurs intégrés, interfacés et associés à l'optimisation en utilisant un système de répartition des fichiers. C’est un système idéal pour optimiser en permanence un environnement en constante évolution et en tirer des leçons. L'utilisation de voitures autonomes testées aujourd'hui est un exemple des applications complexes réussies résultant de multiples systèmes d'apprentissage automatique.

 Même avec tous les avantages qu'il promet d'offrir aux entreprises, l'IoT reste un pari osé,  avec de gros risques et des problèmes non résolus. Pour toute organisation qui a décidé de se lancer dans l'IoT, un certain nombre de questions restent ouvertes que ce soit au niveau technologique, de l'intégration avec des systèmes de répartitions de fichiers aux ERP traditionnels, d’API pour communiquer avec des capteurs et des langues applicatives (Python, ShinyR, et al.)

 Il y a plusieurs interfaces qui fonctionnent très bien dans des domaines spécifiques, mais il faudrait davantage de plateformes standardisées. Les experts du secteur ont lancé des PaaS (Platform as a Service) pour intégrer cet environnement IoT croissant. Malgré ces défis, la technologie semble un obstacle franchissable. La législation sur les data collectées pose un problème bien plus grand. Même l’acceptation par le client reste un défi. En 2013, Nordstorm a dû faire marche arrière sur son programme qui consistait à suivre les déplacements des clients par l'utilisation Wi-Fi sur les smartphones et via l'analyse vidéo suite à une levée de boucliers de sa base clients.

 Enfin, la chose importante à retenir est bien que l'IoT soit une technologie révolutionnaire, il n’est encore qu’une technologie et à ce titre n’est qu’un facilitateur d'un processus défini. Un grand nombre de savoir-faire granulaire de grands retailers, d’acteurs du e-commerce et fournisseurs de solutions technologiques devront s’associer, repenser le modèle et le faire évoluer en processus conçus pour les organisations souhaitant adopter l’IoT.  

Autour du même sujet