INTERVIEW
 
24/07/2007

"Nous allons investir la majeure partie des fonds levés en achat média"

Spécialiste de l'investissement immobilier sur Internet, Adomos a levé 6 millions d'euros via l'introduction en Bourse de sa filiale Acheter-Louer.fr. Objectif : accroître l'audience du site.
  Envoyer Imprimer  

 
Fabrice Rosset
 
 
 

Présentez-nous Acheter-Louer.fr

La société a été créée en 2003 et a réalisé 5,2 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2006, pour 288.000 euros de résultat net. Elle a été la première à se lancer sur le créneau des annonces gratuites. A l'époque, ce fut évidemment sur papier. Le journal a été lancé en Ile-de-France où il est aujourd'hui leader. En 2001, la société a été rachetée par Adomos, puis a vécu quatre ans sans investir, dans l'attente de la redéfinition du business modèle d'Adomos.

 

Ce qui explique son intérêt tardif pourInternet ?

Exactement. Ce qui est paradoxale puisque Adomos est un acteur majeur sur Internet. Mais quand Adomos a maîtrisé son propre destin, nous avons pu réfléchi au développement de notre filiale en capitalisant sur les points forts des deux groupes. Un nouveau site a été lancé en juin 2006 et comptabilisait 980.000 visites en mai 2007 selon l'outil Cyberstat de Médiamétrie [selon Nielsen//Net Ratings, Acheter-louer.fr a atteint 142.000 visiteurs uniques en mai 2007, NDLR], ce qui en fait le second site d'offres immobilières émises par des professionnels, en France.

 

Pourtant, Nielsen vous place au delà de la 10ème place de ce classement en mai, et montre que votre audience était dopée de 1  % en avril 2007 par Eorezo, des widgets à télécharger.

Pour nous, la seule mesure qui reste indiscutable est celle de Cyberstat car il s'agit d'une mesure automatique à partir des logs des internautes. Certes, il ne mesure que les entreprises qui ont souhaité être mesurées par cet outil. Concernant Eorezo, il s'agit d'un investissement média de génération d'audience, mais je ne suis pas le mieux placé dans l'entreprise pour en parler.

 

Comment s'est déroulée l'introduction ?

Très bien, nous sommes très satisfaits. L'offre publique a été sursouscrite 10,4 fois et le placement global 1,4 fois. L'augmentation de capital a permis de lever 6 millions d'euros. Ce qui valorise les 69,20 % que détient encore Adomos à 13,48 millions d'euros.

 

Quels sont vos objectifs suite à cette introduction ?

Accélérer notre stratégie maintenant que nous avons validé le fait qu'elle fonctionne, et notamment notre offre Web/Presse destinée aux agences. Aujourd'hui, 1.300 agences sont clientes d'Acheter-Louer, notre objectif est d'en compter 9.000 en 2010, soit un tiers du marché. Pour cela, nous voulons qu'Acheter-Louer soit plus performant en province. Aussi, nous avons prévu de développer notre force commerciale. De 15 téléopérateurs aujourd'hui, leur nombre va doubler d'ici janvier.

 

Comment allez-vous améliorer la notoriété du site, en province notamment ?

Nous allons investir la majeure partie des fonds levés en achat média dans le but d'augmenter l'audience du site d'Acheter-Louer.fr. Pour cela, nous prévoyons notamment d'investir 4 millions d'euros en 2008, et 70 % de cette somme sera dépensée sur Internet. Nous sommes de ceux qui pensons qu'il vaut mieux investir sur Internet si l'on veut générer du trafic sur un site.

 

Comment vous positionnez-vous par rapport à SeLoger, qui est largement leader, ou LogicImmo ?

Nous ne nous positionnons par comme une alternative à SeLoger, mais plutôt comme un service complémentaire destiné aux professionnels de l'immobilier. Quand à LogicImmo, il progresse sur tous les plans. Mais les agents immobiliers travaillent toujours avec plusieurs partenaires, et nous voulons être l'un de ceux-là. Notre offre est de qualité, et nos tarifs sont 50 % moins chers que l'offre la plus basse du marché. En moyenne, une agence dépense entre 1.000 et 1.500 euros par mois en marketing. Et pour 149 euros par mois, une agence à la possibilité de placer autant d'annonces qu'elle le souhaite sur notre site Web, et autant de photos par produit, en plus des annonces papier.

 

Comptez-vous procéder à des acquisitions ?

Non, nous n'envisageons pas de croissance externe. Nous avons les moyens d'atteindre nos objectifs en ne comptons que sur notre croissance organique. Les agences immobilières sont très contentes de nos services puisque nous fidélisons 90 % de nos nouveaux clients. En juin, nous en avons gagné 120 supplémentaires, et nous voulons réaliser le double de chiffre tous les mois. Il s'agit d'un business modèle basé sur l'abonnement. Il y a un coût pour gagner un client, mais ensuite, s'il est fidèle, ce coût est rapidement amorti et produit enfin des bénéfices récurrents. Les analystes tablent d'ailleurs sur un résultat d'exploitation de 30 % pour Acheter-Louer.fr en 2010.

 


Sommaire Le Net Envoyer Imprimer Haut de page

Sondage

Ce qui vous a le plus embêté avec le bug de Google :

Tous les sondages