Un Etat allemand interdit l'utilisation du bouton "J'aime" de Facebook

Le centre de protection de la vie privée du Schleswig-Holsein, un état du Nord de l'Allemagne, demande aux sites Internet de supprimer leurs boutons "J'aime" provenant de Facebook.

L'Etat du Schleswig-Holsein sera en mesure de poursuivre à partir du 30 septembre tout site Internet qui n'aura pas retiré ses boutons "J'aime" provenant de Facebook. Ce land a ainsi décidé de suivre les recommandations de l'Unabhängiges Landeszentrum für Datenschutz (ULD) du Schleswig-Holstein, à savoir le "Centre indépendant pour la protection de la vie privée", une autorité indépendante de l'état en question. 


Thilo Weichert, commissaire à l'ULD, estime que le système mis en place par Facebook collecte illégalement les données des internautes. Dans un communiqué, l'ULD précise que tout site dans le Schleswig-Holstein n'ayant pas pris les mesures nécessaires pourra se voir assujetti d'une amende allant jusqu'à 50 000 euros.

 

Thilo Weichert avance que Facebook est capable de tracer tous les clics sur un site web et de recueillir des données personnelles. Dans le communiqué, on peut également lire que "Toute personne qui visite facebook.com ou utilise le plug-in doit s'attendre à être traqué par la société pendant deux ans".  Facebook reconnaît de son côté récolter des données mais assure, conformément au droit communautaire, qu'elles sont supprimées au bout de 90 jours. La firme affirme que le bouton "J'aime" permet aux internautes d'avoir le contrôle complet sur la manière dont les informations sont partagées.

 

Facebook