Droit à l'oubli : Google accepte de moins en moins de demandes

Si le géant de l'Internet semble beaucoup mieux gérer l'afflux de demandes, il est en revanche devenu plus difficile

Google a mis en place un formulaire de droit à l'oubli pour réclamer la suppression de l'indexation de pages Web inappropriées. Avec plus de 21 000 inscriptions sur son outil Forget.me, Reputation VIP a pu observer la façon dont Google traite ces demandes.

Reputation VIP a calculé l'évolution de la répartition oui / non dans le temps. Et nous pouvons remarquer que Google a accepté beaucoup plus de demandes au début : 57% de oui en semaine 26, alors que la semaine 36 compte seulement 28% de réponses positives. 

evolution google
Evolution du taux oui / non dans le temps. © Reputation VIP
Si le temps de traitement des requêtes a progressivement baissé au fil du temps, passant de 44 jours en semaine 26 à 4 jours en semaine 36, la moitié des URL étudiées par Reputation VIP (15 061) n'ont pas encore été traitées par Google. Preuve que ce dernier est encore en train de se structurer pour rattraper le retard provoqué par un afflux très important de demandes, au début. On se rend aujourd'hui compte que Google traite plus de demandes qu'il en reçoit.
google droit ã  l'oubli
Evolution du nombre de demandes reçues et traitées. © Reputation VIP



"Ces éléments sont les témoins d'une première étape essentielle pour le Droit à l'oubli. Google a commencé à mettre en place des moyens et à organiser ses processus. Nous sommes face à une innovation juridique dont on commence seulement à discerner les contours", explique Bertrand Girin, président de Reputation VIP. 

Google / GEANT