Facebook Messenger sera désormais bien plus qu'une simple appli de messagerie

Facebook conférence F8 développeurs 0315 Ouverture aux développeurs, vidéos à 360°, Liverail, e-commerce... Voici toutes les nouveautés annoncées par Facebook lors de sa conférence F8 dédiée aux développeurs.

Plus de doute : Facebook veut bien faire de Messenger bien plus qu'une simple application de messagerie, et l'amener, comme le géant chinois Wechat, à devenir une plateforme de choix pour les sites e-commerce. Avec 600 millions d'utilisateurs, Messenger a en effet une force de frappe qui devrait séduire les entreprises.

Facebook a profité de la conférence F8, qui s'est tenue à San Francisco devant 2 500 développeurs, mercredi, pour affirmer sa volonté de  faire de Messenger une plateforme pour tous types de communications. Mark Zuckerberg a ainsi annoncé que Facebook Messenger devient une plateforme ouverte aux développeurs, qui pourront tous ajouter leurs propres fonctions. Des applications tierces pourront ainsi désormais être installées directement dans Messenger pour que leurs contenus s'affichent directement. 40 partenaires ont déjà été annoncés lors du lancement. Les utilisateurs pourront ainsi envoyer des gifs animés ou des clips directement sur l'application, par exemple, comme le permettent déjà les populaires applications chinoise WeChat et Line.

Businesses on Messenger

Surtout, David Marcus, débauché de chez Paypal il y a six mois et désormais vice-président de Facebook en charge des services de messagerie, a dévoilé un nouvel outil destiné aux e-commerçants. Baptisé Businesses on Messenger, il permet d'envoyer une confirmation de commande via Messenger plutôt que de passer par la boîte mail, puis de le notifier de l'expédition de sa commande. Le client pourra aussi répondre, modifier sa commande ou contacter le service client directement via Messenger. Tous les échanges seront rassemblés dans un seul fil de discussion.  

"Parce qu'il est authentifié, l'entreprise sait qui est le client et peut offrir un service moins impersonnel", souligne Marcus. "Nous faisons de Messenger un endroit où on peut facilement communiquer avec les entreprises qui nous intéressent, en plus des gens qui nous intéressent", a ajouté Mark Zuckerberg. Facebook a annoncé deux premiers partenariats, avec le site de vêtements Everlane et le site de ventes privées Zulily.

zuck 2
Businesses on Messenger © Facebook

Facebook a aussi récemment présenté une fonctionnalité permettant d'envoyer de l'argent à ses amis sur Messenger, qui sera lancée dans les mois à venir aux Etats-Unis. Avec 100 millions d'utilisateurs de plus qu'en novembre, Messenger est l'application du groupe qui affiche la plus forte croissance, et Facebook compte bien capitaliser sur sa popularité.

D'autant que Facebook voit de manière générale les usages mobiles exploser sur ses applications : près d'un milliard d'utilisateurs de Facebook se sont rendus chaque mois sur le réseau social depuis leur smartphone depuis le début de l'année, en hausse de 15,2% par rapport à 2014, selon eMarketer. D'ici à 2013, 75% des utilisateurs de Facebook devraient accéder régulièrement au réseau social depuis leur mobile. En 2014, les publicités mobiles ont représenté 64,5% des revenus publicitaires de Facebook, en hausse de 45% par rapport à 2013. Selon eMarketer, la proportion devrait passer les 71% en 2015.

Facebook défie Youtube avec des nouvelles fonctionnalités vidéo

Facebook a enfin lancé un nouvel outil permettant d'intégrer sur des sites Internet tiers une vidéo publique postée sur Facebook, comme on le fait déjà facilement avec les vidéos Youtube. Facebook a aussi annoncé l'arrivée de vidéos à 360°, qui viennent d'ailleurs d'être lancées par son concurrent, filiale de Google.

Enfin, concernant le volet publicitaire, Facebook a annoncé l'ouverture de sa solution SSP Liverail au mobile et au display (Lire : "Liverail s'ouvre au mobile et au display", du 25/03/15). En 2014, 17,4% des 42,63 milliards de dollars du marché de la publicité mobile ont été investis sur Facebook, selon eMarketer, contre 16,4% en 2013. Google, lui, a reçu 38,2% des investissements, mais enregistre une croissance plus faible que le reste du marché (la part était de 46% en 2013).

Facebook / Mark Zuckerberg