Près de 70% des journalistes français sont présents sur Twitter

Près des deux tiers des journalistes français estiment que l'information trouvée est toujours ou souvent utile sur Wikipédia et Twitter.

L'usage intensif des réseaux sociaux par les journalistes confirme la perméabilité médias / médias sociaux selon une enquête de l'agence conseil Gootenberg. Les journalistes reconnaissent les bénéfices des réseaux sociaux dans l'exercice de leur métier tout comme l'émergence de nouveaux dangers spécifiques : 77% des journalistes soulignent la diversification des sources apportée par les réseaux et plus de un sur deux (56%) la simplification des recherches.

C'est pourquoi ils accèdent en moyenne à 4,6 réseaux. Deux réseaux sont consultés par plus de 2/3 d'entre eux : Wikipédia (77%) et Twitter (69%) et plus de la moitié consulte également LinkedIn (57%), les blogs (57%) et Facebook (54%). Près des deux tiers des journalistes estiment que l'information trouvée est toujours ou souvent utile sur Wikipédia et Twitter. Prudents à l'égard de l'information sur les réseaux sociaux, ils sont 79% à constater que l'usage des réseaux sociaux conduit à la multiplication des pièges et 70% à estimer que les réseaux sociaux n'ont pas remplacé les anciennes méthodes. En effet, l'information sur les réseaux sociaux est jugée moins sûre, avec une note de confiance de 50 sur 100, que les autres sources (contacts terrain, articles de presse ou site web de l'entreprise) qui obtiennent une note de confiance moyenne à 66.
Les journalistes qui reçoivent des demandes de contact de la part des entreprises sur les réseaux sociaux sont plus enclins à accepter ou examiner, pour la majorité d'entre eux, celles reçues via Twitter (63%) et LinkedIn (60%).

L'enquête s'est déroulée en ligne entre le 5 juillet et le 15 août 2013 auprès de 1 190 journalistes issus de l'ensemble des médias (print, web, audiovisuel) recensés par la base horsantenne.com.

gootenberg
Qu'apportent les médias sociaux aux journalistes ? © Gootenberg

En savoir plus sur Offremedia.com

Twitter / Wikipedia