P. Calmard et Ph. Seignol (Netbooster Agency) : "On est très loin de se cantonner au seul métier du search"

Netbooster s'affirme aujourd'hui comme un acteur à part entière du marketing online, à grand renfort d'acquisitions et de réorganisation. Décryptage lors d'un chat avec les co-dirigeants de la société.

Depuis le 1er avril 2008, Pierre Calmard et Philippe Seignol, les deux fondateurs d'Isobar, ont pris la tête de Netbooster Agency, l'une des quatre entités du groupe Netbooster. Lors d'un chat, les deux co-dirigeants ont répondu à une quinzaine de questions des lecteurs du Journal du Net à propos de leur vision du marché et de l'activité de l'agence de communication interactive. Une activité de plus en plus diversifiée...

 

pierre calmard philippe seignol chat1
Philippe Seignol (à gauche de la photo) et Pierre Calmard (à droite), co-dirigeants de Netbooster Agency © Marie Bruggeman / JDN

Vous êtes deux à diriger Netbooster. Comment vous répartissez-vous les tâches ?

Pierre Calmard et Philippe Seignol. Un pour faire le méchant, un pour faire le gentil... mais interchangeables ! Plus sérieusement, on va plus vite avec deux cerveaux et quatre mains, que ce soit pour la stratégie, le management... et on se répartit la gestion des clients. C'est bien rodé !

 

C'est quoi votre positionnement et votre place aujourd'hui sur le marché ? Quelle est votre stratégie ?

En France, Netbooster Agency c'est 120 consultants motivés et spécialistes de la communication interactive. Notre objectif, c'est l'efficacité, dans une logique de communication durable, c'est-à-dire une approche qui, à la source, anticipe la dimension temporelle de la communication, de l'acquisition à la fidélisation. Nous sommes aussi présents dans tous les grands pays d'Europe et, depuis septembre, en Asie. Bref, une belle agence interactive avec un large éventail de services.

 

Netbooster est-elle bien identifiée comme une agence de marketing interactif ou l'activité SEM/SEO a-t-elle encore plus de notoriété auprès des annonceurs ?

Vous avez raison : il y a un travail de communication à faire, notre organisation est encore très récente. Netbooster Agency est organisée autour d'un service commercial transversal, qui conçoit et met en oeuvre des dispositifs de marketing interactif intégrés. Deux pôles de compétences mettent en oeuvre nos recommandations : Timetobuy, qui regroupe tous les métiers de l'acquisition (search, média, e-mail, affiliation, etc.), et Profil One sur la fidélisation et les bases de données. Le tout est soutenu par un planning stratégique en amont et des technologies propriétaires en aval. On est donc très loin de se cantonner au seul métier du search, même si c'est un levier important (30 % de notre activité pour le search, 30 % pour la création de campagnes, 20 % pour le CRM, le solde pour les autres métiers) ! Sur le moyen terme, nous pensons que le CRM prendra un poids plus important (les annonceurs choisissent le levier le plus économique, racheter en permanence ses propres clients est trop frustrant).

 

"Nous sommes technologiquement indépendants, avec des solutions d'optimisation et de tracking propriétaires et innovantes"

Comment vous différenciez-vous de vos concurrents ?

Nous avons un centre de gravité différent des agences média ou des agences de création. Notre ADN, c'est l'efficacité, et c'est ce que les annonceurs recherchent. Nous sommes notamment technologiquement indépendants, avec des solutions d'optimisation et de tracking propriétaires et innovantes. Nous sommes aussi libres dans nos approches stratégiques, nos clients n'ont pas à souffrir de conflits d'intérêts entre les approches on line et off line.

Il y a beaucoup d'autres points de différence, mais il y en a un qui nous tient à coeur : fidèles à nos idées, nous plaçons le capital humain au centre de la qualité de service et de notre stratégie de développement. Cela tombe bien, nous avons trouvé chez Netbooster Agency des experts passionnés par leur métier et dotés d'une énergie formidable.

 

pierre calmard philippe seignol chat3
Philippe Seignol et Pierre Calmard © Marie Bruggeman / JDN

Quelle part de votre activité est faite à l'international ?

L'international dépasse maintenant 50 % de notre activité. C'est bon signe !

 

Quelles sont vos ambitions à l'international ?

Notre stratégie est de développer le concept de Netbooster Agency dans tous les pays où nous sommes présents, à savoir l'Europe et l'Asie aujourd'hui. Notre plan de développement inclut à la fois de la croissance organique et une politique d'acquisitions ciblées.

 

Comment expliquez-vous la forte chute de l'action Netbooster ?

No comment, nous ne sommes pas financiers... En revanche, il y a tout lieu d'être fiers de nos résultats 2007 : un résultat d'exploitation de + 80 %, c'est une bonne base ! Pour le reste, nous travaillons à un vrai projet, dans le temps, avec une stratégie claire.

 

Comment voyez-vous l'évolution du marché publicitaire on line ?

Que du bon ! La croissance est toujours au rendez-vous. TNS indique une progression de 30 % sur le début 2008, et encore, il ne s'agit que d'e-pub, sans tenir compte des liens sponsorisés, de l'e-mailing, de l'affiliation... Le marché publicitaire traditionnel souffre, mais nous restons plus que confiants pour le marché de l'e-marketing, car la recherche de résultats tangibles pour les annonceurs va continuer d'alimenter la progression des médias numériques.

 

"Nous sommes l'une des rares agences françaises à acheter des campagnes de liens sponsorisés chez Baidu, le 'Google' chinois"

Proposez-vous une offre en affiliation ? En quoi consiste-t-elle en quelques mots ? Quelle est votre approche de ce canal à la performance versus d'autres agences média ?

Oui bien sûr, notre approche est plus globale, puisque l'affiliation fait partie de notre offre "performance marketing". Nous avons récemment réorganisé l'activité en travaillant la synergie entre plusieurs pôles : le média, les programmes d'affiliation et le tracking. Nous sommes convaincus que ce canal a une très longue vie devant lui ! L'avantage de ces synergies, c'est de chercher sur tous les supports, et par des moyens très complémentaires, de la performance (et de l'optimiser dans le temps). En clair c'est, pour les annonceurs, acquérir des prospects et des clients en ne payant qu'en fonction du résultat.

 

Quel avenir pour l'intermédiation (agence, plates-formes d'affiliation...) selon-vous, à l'heure où les grands comptes musclent leurs compétences e-marketing, où les kick backs (Ndlr : autrement dit les rétro-commissions) sont remis en question, et où les technologies de tracking ne sont plus un produit de rareté ?

Dans l'univers des médias au sens large, les supports, et c'est normal, défendent leurs intérêts d'abord. Les agences défendent ceux de leurs clients. C'est une très grande différence à l'heure des comptes...

 

pierre calmard philippe seignol chat2
Philippe Seignol et Pierre Calmard © Marie Bruggeman / JDN

Y a-t-il des risques pour l'annonceur à utiliser l'affiliation ?

Non, dès lors que le programme est bien géré et animé : c'est notre rôle ! Sinon il y a des risques liés au contenu des messages (qui peuvent être altérés par les affiliés), au choix des affiliés et à la méthodologie de comptage des ventes. Un tiers de confiance est indispensable pour éviter ce genre de problèmes.

 

Je voudrais comprendre comment ça se passe le SEM en Chine surtout avec les idéogrammes... C'est très différent ? Comment ça marche ?

Venez nous voir ! Il se trouve que nous sommes l'une des rares agences françaises à acheter des campagnes de liens sponsorisés chez Baidu, le "Google" chinois.

 

Comment allez-vous contrer la suppression de la remise Google au 1er janvier 2009 ?

Par la qualité de notre métier : nous gérons et optimisons les campagnes de liens sponsorisés de nos clients et ces derniers nous versent des honoraires pour ce service... Cela ne change rien pour nous, la différence se fera désormais sur la qualité de la prestation, c'est plutôt sain !

 

A force de grossir, ne perdez-vous pas ce qui a fait le succès de l'agence : réactivité et accessibilité ?

Surtout pas ! Notre organisation a été pensée dans ce sens et nous prenons grand soin de prévoir des équipes adaptées à notre activité. Nous avons notamment un pool de chefs de projets qui coordonnent en interne l'ensemble de nos réalisations et nous recrutons en permanence sur l'ensemble des métiers. Talents du web, rejoignez-nous !

 

"Dans dix ans, la frontière média/annonceurs ne sera plus aussi nette"

Pourquoi vous avez quitté Isobar ?

Parce que nous avions des vues différentes sur l'intégration des métiers internet au sein du groupe Aegis en France. Nous sommes convaincus que les agences de communication interactive doivent continuer à développer leur marché avec une bonne dose d'indépendance. Et comme les médias migrent massivement vers le digital, l'intégration se fera... mais peut-être pas dans le sens que l'on pouvait imaginer.

 

Est-ce que votre expérience chez Isobar va vous influencer dans le fait de recréer un autre "Isobar" ?

Arrêtons de parler d'Isobar, nous dirigeons Netbooster Agency ! Pour le reste, nous sommes partis avec nos cerveaux, notre expérience et nos convictions, bien sûr. Maintenant, il y a de grandes différences, à commencer par l'indépendance vis-à-vis des métiers de la communication traditionnelle.

 

Comment voyez-vous Netbooster dans cinq ans?

Notre ambition, c'est que Netbooster Agency soit l'une des agences de communication majeure de la prochaine décennie. Agence de communication au sens large... car le digital aura tout irrigué. A plus court terme, gagner des parts de marché, bien servir nos clients... et peut-être mieux communiquer, car il y a dans cette agence de vraies richesses en matière d'expertise et d'outils, et une énergie créative qu'on a du mal à faire connaître au-delà de nos clients. Essayez-nous !

 

Et la publicité en ligne dans dix ans ? Si on devait l'imaginer, même si c'est irréalisable pour le moment, pour vous ce serait quoi ?

Le changement profond va s'opérer à partir des médias. La télévision sera 100 % numérique et ne fera plus qu'un avec internet... Le modèle publicitaire de l'interruption aura vécu ! Et les marques développeront leurs propres contenus... La frontière média/annonceurs ne sera plus aussi nette !

 

Pierre Calmard et Philippe Seignol (Netbooster)
Source : JDN
Pierre Calmard et Philippe Seignol, les deux fondateurs d'Isobar, sont actionnaires de Netbooster depuis septembre 2007 et directeurs généraux de Netbooster Agency depuis le 1er avril 2008. Le groupe de communication interactive Netbooster se compose de quatre entités : Netbooster Agency (agence de communication interactive), TimetoBuy (média, performance marketing, SEM, SEO, e-mailing), profilOne (e-CRM et datamining) et Buzz Lemon (buzz marketing). Le groupe de 210 salariés (dont 110 en France hors Buzz Lemon) a réalisé un chiffre d'affaires pro forma de 38 millions d'euros en 2007, en hausse de 157 %.

 Carnet : Pierre Calmard

 Carnet : Philippe Seignol

 A lire également : Netbooster réorganise ses activités

 

Netbooster / CANAL +