Quand le patient devient client

Jamais le patient n'avait occupé un tel rôle central dans les activités de santé. Il est désormais placé au cœur d'un véritable réseau de soins et de communication qui lui confère un "pouvoir" assimilable à celui qu'il occupe, en tant que client, dans les relations commerciales de la vie quotidienne.

Autrefois soumis unilatéralement à "l'autorité" de son médecin ou de son pharmacien, le patient a progressivement acquis son autonomie. 

Plusieurs raisons à cette évolution :

* L'accès à l'information, considérablement développé grâce notamment à l'internet. En corollaire, une libération de la parole entre patients, permise par les forums, Facebook et autres blogs. Ces échanges individuels ont renforcé le sentiment – si ce n'est contestataire – du moins de relativisation du savoir médical. Surfant sur cette tendance lourde, les journalistes multiplient les sujets concernant la santé jusqu'à publier périodiquement le classement des hôpitaux, spécialité par spécialité.
* Une situation quasiment concurrentielle
tant des praticiens que des pharmaciens. Particulièrement perceptible dans les grandes villes, la densité médicale a accru l'Offre et, de ce fait, la possibilité offerte au patient de sélectionner lui-même ses acteurs de santé. Malgré l'instauration du médecin référent, le nomadisme médical s'est ainsi étendu, évoluant en fonction de la démographie et du niveau d'exigence des malades. 
La situation économique difficile (plus de 500 pharmacies ont déposé le bilan en 2012 !), agit comme facteur aggravant de ce type de comportement, l'acteur de santé devenant économiquement "dépendant" de sa clientèle.

* Les grandes crises médiatiques qui ont contribué à fragiliser la légitimité des praticiens, des firmes pharmaceutiques et même des Autorités de santé. Alors que leur mission première consiste à protéger le public, la faillite de ces acteurs a fortement ébranlé leur crédibilité. Médiator, pilule contraceptive, produits amaigrissants (Alli et Orlistat), publication du "Guide des 4 000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux", contestation des vaccinations, … la liste s'accroît de manière exponentielle propageant l'image d'une industrie (au sens large) abusant de la crédulité des malades.
Jusque là relativement protégé, l'équilibre du monde de la santé est désormais remis en question. Tous les témoignages des acteurs de santé, hospitaliers, libéraux, officinaux ou para médicaux, révèlent : l'exigence nouvelle des patients, leur agressivité, et surtout leur sentiment d'être dominants dans la relation (annulation des rendez-vous, retards, contestations, demande de produits, …).
Il appartient d'abord aux praticiens eux-mêmes de restaurer leur autorité. Mais également de prendre en compte l'évolution générale des mentalités et des techniques de l'information pour se positionner plutôt comme un spécialiste partenaire et non plus comme un maître d'école du
XIX° siècle !

Autour du même sujet