Les « smart pills », prochaine innovation digitale dans la pharmacie

Imaginez une puce de la taille d’un grain de sable incorporée dans un comprimé et capable de communiquer en temps réel avec l’extérieur. Ces comprimés intelligents ou « smart pills » en anglais permettront à l’organisme du patient de collecter des données précieuses sur sa santé, notamment concernant son suivi thérapeutique.

La puce est alimentée par deux électrodes composées de cuivre et de magnésium qui créent un courant électrique dans le milieu acide de l’estomac à l’instar des piles que les écoliers fabriquent avec deux morceaux de métal et une pomme de terre
Une fois dans l’estomac, la « smart pill » envoie des données vers un capteur externe, un simple patch collé sur la peau qui sert de relai vers un téléphone mobile qui pourra les interpréter voire les retransmettre vers des plateformes spécialisées.

Les applications médicales d’un tel dispositif sont colossales

La première, et non la moindre, est de permettre de suivre en temps réel l’observance thérapeutique. Le patient prend-il correctement tous ses médicaments ? A quelle heure ? Quel progrès en perspective quand on sait que selon l’OMS la moitié des patients prend mal ses médicaments !
La seconde application est le suivi en temps réel de paramètres tels que la fréquence cardiaque, la respiration et la température du patient.
Si le système venait à se généraliser, nous pourrions imaginer une détection automatique des interactions médicamenteuses lors de la prise des médicaments, offrant un dernier garde-fou contre l’erreur médicale et pharmaceutique.
Ensuite, ces capteurs comestibles ne manqueront pas de s’enrichir, offrant à la communauté scientifique encore plus de données en temps réel, comme par exemple les interactions avec la nourriture. Rappelons par exemple que le pamplemousse interagit avec certains médicaments comme les anti-cholestérol ou les immunosuppresseurs pouvant conduire à des surdosages médicamenteux.  Les smart pills offriront à la médecine un nombre incroyable d’opportunités.

Science fiction ou révolution pharmaceutique digitale imminente ?

Les premières smart pills ont été autorisées par la FDA aux Etats-Unis, ont déjà obtenu un marquage CE et sont déjà en cours de test dans de grands essais thérapeutiques. En mars 2014, la société Proteus, une biotech américaine travaillant sur le sujet, indiquait qu’elle allait conduire une étude avec l’Université d’Oxford, des hôpitaux britanniques et d’autres structures de recherche. C’est également en Grande-Bretagne que sera construite la première unité européenne de production de smart pills, une nouvelle saluée à l’époque par David Cameron.
Proteus a indiqué avoir commencé à travailler dans des domaines comme l’insuffisance cardiaque, les neurosciences et la greffe
Des poids lourds comme Novartis, Otsuka, Medtronic et Oracle ont investi dans cette société il y a quelques années.
Les comprimés intelligents ne relèvent donc pas de la science fiction. Ils arrivent !
Depuis quelques années, les applications et les dispositifs médicaux connectés ont fleuri, traçant une nouvelle voie d’amélioration des soins du patient. Il ne fait aucun doute que les smart pills constitueront la première véritable évolution majeure dans ce domaine émergent.

Conflits d’intérêts : aucun lien d’intérêt.


Etats-Unis / Innovation