Bélize, le paradis de toutes les fantaisies

La législation locale est comparable à celle du Panama. © Eric Masson / Galerie Photo

La pression internationale n'a semble-t-il pas de prise sur le Bélize, petit pays d'Amérique centrale. Ses dirigeants continuent d'afficher leur volonté d'être un authentique paradis fiscal. Les sociétés offshore ne paient pas d'impôts et ne déposent pas leurs comptes. Mieux, le nom du propriétaire n'est pas connu des autorités et ne figure sur aucun document.

De la même façon, les trusts ne sont pas imposés. Warren de Rajewicz, l'auteur du Guide des nouveaux paradis fiscaux, note d'ailleurs que les derniers textes "permettent pratiquement toutes les fantaisies" pour leur gestion. Et pour les particuliers, le statut de résident retraité permet d'échapper à toute imposition. Mais il faut justifier d'au moins 2 000 dollars de revenus mensuel à vie.