Dette de la France : toujours dans le rouge

Dette publique A la fin du 4e trimestre 2015, la dette française s'établit à 2 096,9 milliards d'euros, soit 95,7% du PIB tricolore.

L'endettement de la France peut s'exprimer en euros comme en pourcentage du PIB :

Montant de la dette de la France : 2 096,9 milliards €

Dette de la France en % du PIB : 95,7%

La dette publique est la dette au sens du traité de Maastricht (ou dette publique notifiée), c'est-à-dire la dette de toutes les administrations publiques : Etat, administrations de sécurité sociale, administrations locales et organismes divers d'administration centrale.

Il ne faut pas la confondre avec le déficit public, qui correspond au besoin de financement des administrations publiques.

Dette publique de la France en 2015

C'est la plus forte baisse depuis le troisième trimestre 2013 : la dette française recule de 8,8 milliards d'euros au quatrième trimestre 2015, soit une baisse de 0,4% sur trois mois, à 2 096,9 milliards d'euros. Un chiffre toutefois en hausse de 2,8% sur un an. Sur la période précédente, la dette de la France avait reculé de 0,1% sur trois mois et augmenté de 3% sur un an.

L'endettement de la France représente désormais 95,7% du PIB du pays, soit 1,4 point de moins qu'au second trimestre et 28,5 points de plus qu'il y a dix ans.

Evolution de la dette française

image1
Evolution de la dette publique depuis le 4e trimestre 1995. © JDN

Au quatrième trimestre 2015, la contribution de l'Etat à la dette publique recule de 11,6 milliards d'euros par rapport au troisième trimestre 2015, à 1 661,2 milliards d'euros. Les autres contributeurs sont les administrations de sécurité sociale (220,3 milliards d'euros), les administrations publiques locales (196,5 milliards d'euros) et les organismes divers d'administration centrale (18,9 milliards d'euros).

Cette baisse de la part de l'Etat, l'Insee explique par la réduction de la dette négociable à court terme (-7,2 milliards d'euros) et à long terme (-5,1 milliards d'euros).

Autre bonne nouvelle : le PIB de la France est reparti à la hausse au quatrième trimestre 2015. Dans une note publiée en octobre 2014, le Conseil d'analyse économique prévient que si la croissance économique française ne s'accélère pas, la dette tricolore pourrait atteindre 145% du PIB en 2040.

Dette des pays européens

Les pays de l'UE 28 les plus endettés en 2014
Rang Pays En % du PIB
Source : Eurostat
1 Grèce 178,6
2 Italie 132,3
3 Portugal 130,2
4 Chypre 108,2
5 Irlande 107,5
6 Belgique 106,7
7 Espagne 99,3
8 France 95,6
9 Royaume-Uni 88,2
10 Croatie 85,1
11 Autriche 84,2
12 Slovénie 80,8
13 Hongrie 76,2
14 Allemagne 74,9
15 Malte 68,3
16 Pays-Bas 68,2
17 Finlande 59,3
18 Slovaquie 53,5
19 Pologne 50,4
20 Danemark 45,1
21 Suède 44,9
22 République tchèque 42,7
23 Lituanie 40,7
24 Lettonie 40,6
25 Roumanie 39,9
26 Bulgarie 27
27 Luxembourg 23
28 Estonie 10,4

Parmi les 28 pays qui composent l'Union européenne, la Grèce est une nouvelle fois le plus endetté : en 2014, la dette de ses administrations publiques représente 178,6% de son PIB, soit 1,6 point de plus qu'en 2013. L'Italie monte sur la deuxième marche du podium des Etats de l'UE 28 au plus fort endettement en 2014, avec une dette brute consolidée des administrations publiques équivalente à 132,3% de son PIB, soit une augmentation de 3,5 points sur un an. Le Portugal fait mieux que la Botte avec une dette publique qui atteint 130,2% de son PIB en 2014, ce qui reste malgré tout 1,2 point supérieur à son niveau de 2013.

Qu'en est-il des autres grandes puissances européennes ? L'Espagne, la France et le Royaume-Uni font une nouvelle fois figure de mauvais élèves du classement des pays les plus endettés de l'UE 28 en stagnant respectivement aux 7e, 8e et 9e places. La dette de ses administrations publiques espagnoles représente 99,3% du PIB du pays, soit 5,6 points de plus qu'en 2013. C'est la quatrième plus forte augmentation observée sur les 28 pays de l'Union européenne entre 2013 et 2014, après la Slovénie (+10 points), la Bulgarie (+9 points) et Chypre (+5,7 points). Derrière, la dette des administrations publiques françaises atteint 95,6% du PIB tricolore, soit 3,3 points de plus qu'en 2013. Une marche en dessous, même constat pour le Royaume-Uni : les sujets de Sa Majesté voient l'endettement de leurs administrations publiques grimper de 2 points sur un an. Un niveau toutefois inférieur de 7,4 points à celui des Français.

Globalement, seuls 8 des 28 pays de l'UE sont parvenus à réduire leur endettement entre 2013 et 2014. L'Irlande, même si elle ne descend que d'une place au classement des pays les plus endettés de l'UE 28, réalise la meilleure performance sur un an grâce au recul de 12,5 points de la dette de ses administrations publiques, à 107,5% de son PIB.

Le graphique ci-dessous représente l'évolution de la dette publique en valeur nominale dans les 28 pays de l'Union européenne. Dans la plupart des Etats, elle a bondi depuis 2007, c'est-à-dire depuis le début de la crise des subprimes.

Si la progression la plus importante entre 2013 et 2014 vient de Hongrie, où la dette des administrations publiques a augmenté de moitié entre 2013 et 2014, à 27% de son PIB en 2014, en 10 ans, ce chiffre s'est amélioré de 8,8 points.

Il s'agit là de l'un des rares points positifs car les pays de l'UE 28 se distinguent surtout par de très fortes augmentations. L'Irlande, qui se distinguait par sa belle performance entre 2013 et 2014, est la lanterne rouge de cette comparaison sur 10 ans, avec une impressionnante augmentation de 79,3 points de la dette de ses administrations publiques, de 28,2% de son PIB en 2004 à 107,5% en 2014.

Sur les 28 pays de l'Union européenne, seuls trois ont vu la dette de leurs administrations publiques diminuer sur 10 ans, sachant qu'Eurostat ne communique pas ces données pour la Grèce avant 2006.

La France, elle, voit la dette de ses administrations publiques augmenter de 29,9 points sur 10 ans.

Charge de la dette

Tous les indicateurs économiques 

Lire aussi : Finances publiques : tout sur les finances de l'Etat

Définition de la dette

 

Finances publiques / Indicateur économique