Heuliez, une reprise avortée

Ségolène Royal, dans une voiture électrique Heuliez. © Désirs d'Avenir / Pepperwest - Fotolia.com

"Le 15 mars, Heuliez aura le cash." C'était la promesse de Louis Petiet, le PDG de Bernard Krief Group, au Parisien le 20 février. Il assurait alors qu'il verserait 15 millions d'euros à l'équipementier automobile en difficultés, condition sine qua non pour que le Fonds stratégique d'investissement apporte à son tour 10 millions.

Las, l'argent n'est jamais venu et Heuliez a été placé en redressement judiciaire le 21 mai. C'est finalement le groupe familial français BGI, associé aux sociétés allemandes ConEnergy et Kohl, qui assurera le sauvetage de l'entreprise. Au passage, 120 postes sur 600 seront supprimés.