L'assurance crédit public séduit

 Le principe : un complément d'assurance-crédit public (CAP) a été mis en place afin d'offrir une solution de couverture pour la part des risques que les assureurs-crédit ne veulent plus prendre en charge. Ajouté ensuite, le CAP+ coiffe les entreprises qui ne peuvent plus être prises en charge par les assureurs crédit.

 Ce qui marche : Jusqu'à présent, CAP et CAP+ ont, semble-t-il, permis d'équilibrer les défauts de paiement. Plus de 7 000 dossiers CAP ont été enregistré depuis le 28 décembre 2008 pour un montant de 320 M€ d'encours. Les encours du CAP+ dépassent désormais les 290 M€.

 Ce qui ne marche pas : en France et en Europe, les défauts de paiements ne se dégradent plus selon Altares. C'est leur baisse maintenant qui se fait attendre.

Suggestions de contenus