Président d'une autorité de contrôle ou d'évaluation : plus de 5.000 euros par mois

Peu de gouvernements résistent à la création d'une autorité de contrôle ou d'évaluation de leurs politiques publiques : Agence nationale pour le développement de l'évaluation médicale ou de la recherche et de l'enseignement supérieur, Autorité de contrôle des assurances et des mutuelles mais aussi des nuisances sonores aéroportuaires... Ces organismes prolifèrent et les rémunérations de leurs dirigeants peuvent atteindre des sommes respectables.