Luxat ne marche plus aussi bien

en un an, ses volumes de ventes ont chuté de 22% et son chiffre d'affaires de
En un an, ses volumes de ventes ont chuté de 22% et son chiffre d'affaires de 30%. © Photomontage JDN / beatrice prève / zimmytws - Fotolia.com

Il y a encore quelques mois, Luxat faisait figure d'exception dans le petit monde de la chaussure. Tandis que tous ses concurrents français disparaissaient les uns après les autres, Luxat affichait une santé insolente. Entre 2004 et 2008, le fabricant a aligné les exercices bénéficiaires. Ce chausseur traditionnel dit de confort, spécialisé dans le mocassin cousu main produisait alors 400 000 paires de chaussures par an dans son atelier de Briscous, dans les Pyrénées-Atlantiques.

Mais l'entreprise a voulu grandir. En s'offrant la marque Pare Gabia, elle s'est endettée. Sa clientèle, plutôt âgée, a diminuée. Et les chausseurs de centre-ville qui distribuent ses produits ferment les uns après les autres. Ajoutez une pincée de mondialisation et voilà comment l'entreprise s'est retrouvée dans l'embarras en moins de deux ans. Les banquiers ne suivent plus et le sauvetage du groupe qui emploie 104 salariés passera nécessairement par une reprise et un plan social.