"La radio ne doit pas rester en dehors de la révolution numérique"

michel boyon - président du csa
Michel Boyon - Président du CSA © Zoubir Sassi / L'internaute magazine

La radio sera numérique ou ne sera plus, ne croyez-vous pas Monsieur le Président ? 

Michel Boyon. Oui, vous avez tout à fait raison ! Si la radio ne se numérise pas, elle va doucement péricliter. Elle ne peut pas être le seul média à rester en dehors de la révolution numérique. La radio sur Internet c'est très bien, mais c'est tout à fait insuffisant pour répondre aux exigences des auditeurs. 

C'est un peu comme pour la TMP, le passage au numérique exige des investissements au moment où les radios souffrent de la crise publicitaire. Et de toute façon, à la différence de la TNT, FM et radio numérique terrestre cohabiteront sur une longue période, c'est d'ailleurs un surcoût de double diffusion pour les radios. 

Les radios associatives craignent de ne plus pouvoir diffuser leurs programmes de proximité à cause du coût de la RNT. Est-ce que vous avez pris en considération le fait que les radios A ne luttent pas à armes égales avec les catégories B, C ou D, et est-ce que chaque radio A trouvera sa place dans la RNT ?

Michel Boyon. Vous avez tout à fait raison. Le CSA et les pouvoirs publics en sont parfaitement conscients. Déjà un premier financement supplémentaire est prévu dans le budget de l'État pour 2010. Et Mr Emmanuel Hamelin, ancien député du Rhône, vient de rendre un rapport très clair et très convaincant sur ce qui fallait faire pour soutenir les radios associatives.