Elles ont conscience qu'elles ne savent pas tout

Plus l’on est savant, plus l’on cherche à apprendre en permanence. © ivan Kruk - 123RF
Les personnes brillantes sont capables d'admettre qu'elles ne sont pas familières avec un concept.
Comme le fait remarquer Jim Winer, les individus les plus intelligents "ne sont pas effrayés à l'idée de dire je ne sais pas. Si elles ne savent pas, elles peuvent tout à fait apprendre".
L'observation de Winer est soutenue par une étude classique de Justin Kruger et David Dunning qui ont démontré que moins l'on était intelligent, plus on surestimait nos capacités cognitives.
Au cours d'une expérience, par exemple,  25% des étudiants qui ont obtenu la plus mauvaise note ont surestimé d'environ 50% le nombre de questions auxquelles ils ont donné la bonne réponse. Dans le même temps, les étudiants qui font partie des 25% meilleurs ont légèrement sous-estimé le nombre de leurs bonnes réponses.