Se limiter plutôt à une page

La concision est la règle de l'autre côté de l'Atlantique. © Illustration JDN

Alors qu'en France, à partir d'un certain niveau d'expériences les CV qui s'étendent en longueur peuvent être acceptés, la mentalité anglo-saxonne impose plus de concision. "Il est courant de voir un CV français de deux ou trois pages alors que le CV américain doit plutôt tenir sur une page", déclare Tyra Malzy.

Une explication à cela : si le CV américain sert avant tout de carte de visite, il n'est pas forcément déterminant. "Les recruteurs attachent autant d'importance à la personnalité d'un candidat qu'à ses compétences, explique Laurence Nadeau. Si votre CV leur convient dans les grandes lignes, ils voudront vous rencontrer pour en savoir plus sur vous." En France, on fait beaucoup plus confiance au CV. D'où la tendance à être exhaustif.