Ne rien espérer du " droit à l'oubli "

Contactez des professionnels pour nettoyer votre e-reputation. © Brian Jackson - Fotolia.com

Selon la start-up réputation VIP, 70% des demandes de droits à l'oubli, consultables ici, sont rejetées par Google. "Il faut vraiment qu'il y ait quelque chose de grossier et diffamatoire pour que Google décide de déréférencer un lien", estime Marc Nevoux. "Le moteur de recherches rechigne à supprimer des liens qui leur apportent du trafic."
Au lieu d'attendre un hypothétique salut numérique, contactez des "nettoyeurs" comme Netwash, Linkfluence, Teoth ou encore SOS Internet, qui se chargeront de rentrer en contact avec les hébergeurs afin de supprimer les URL gênantes. Ou de les enfouir dans le tréfonds du moteur de recherches.