Rupture personnelle = rupture professionnelle ? 5 astuces pour bloquer l’engrenage

Les ruptures familiales, amoureuses sont inévitables. On s'en accommode avec plus ou moins de malheur à moins qu'elles n'emportent tout avec elles : famille, travail, argent, amis. Inutile de toucher le fond pour remonter. Si le cœur dérape, il est sage de préserver l'espace professionnel.

Dans un monde rêvé de confort et d’efficacité, l’étanchéité entre vie personnelle et vie professionnelle serait parfaite. Costume ou tailleur aussitôt enfilé, nous laisserions derrière nous l’agitation familiale et amoureuse qui perturbe nos vies du premier cri au dernier soupir. Naturellement, il n’en est rien malgré nos désirs de contrôle et l’immense avantage dont nous gratifierait cette configuration. 

Attention à la chute !
La rupture est le résultat d’une tension trop forte entre deux éléments (physiques, psychiques, émotionnels...). C’est un peu comme si deux personnes tiraient une corde chacune de leur côté. Le choc de la séparation est à la hauteur de la force de traction : chacun se retrouve au sol avec plus ou moins de traumatismes en fonction de sa capacité à amortir les chutes et à se relever en sécurité. Partir en miettes de chez soi n’augure pas d’une forme olympique au bureau. 

Le chemin à parcourir entre rupture et désir
La rupture marque le début d’un processus de deuil dont les étapes sont bien connues [1] : le choc ( Ce n’est pas possible ! ), la frustration (Pourquoi moi ?), la négociation (Si.... alors je …. ), le réalisme ( OK, et maintenant ?), le retour à la vie (En route pour de nouvelles aventures !).

Le mot « processus » implique une période plus ou moins longue durant laquelle une partie de l’énergie est utilisée à panser les plaies (nécessaire pour éviter l’évaporation pure et simple de l’élément) et retrouver son plein potentiel de désir de faire, d’être et d’avoir.

Astuce n°1 : équilibrer sa vie personnelle et professionnelle
Personne ne peut éviter les ruptures qui sont des évènements sains pour l’équilibre des systèmes. Pour être heureux dans la vie il faut d’une part jouir d’ une vie personnelle satisfaisante et d’autre part trouver du sens à son rôle dans l’entreprise.

Astuce n°2 : pratiquer l'optimisme réaliste
Quand on part de chez soi le cœur en lambeaux,  il faut prendre la décision de ne pas tout envoyer en l’air. Il faut se répéter façon mantra « Ca va être difficile mais je vais y arriver. » chaque fois que la tentation de s’effondrer nous tente.

Astuce n°3 : sanctuariser ses rendez-vous "rumination"
La tendance à la rumination est la malédiction de celui ou celle qui vit une rupture. Notez dans vos agendas une heure pendant laquelle vous vous abandonnerez totalement à vos émotions. Respectez-la.

Astuce n°4 : pratiquer la détente en trois points [2]
Assis, inspirez et expirez toujours doucement comme si vous souffliez dans une paille. Inspirez/Expirez en détendant le menton, le maxillaire inférieur, le visage, le cou – Inspirez/Expirez en détendant les épaules, le thorax et le dos – Inspirez/Expirez en détendant le ventre, les jambes, les pieds. Détente assurée en une minute. Action !

Astuce n°5 : préparer un plan B
La rupture est peut-être l’élément catalyseur qui vous fait prendre conscience de vos réelles attentes. Il est peut-être temps pour vous d’envisager de changer de poste, d’entreprise, de métier, de façon de travailler. Avoir un plan B permet toujours de mieux vivre le plan A.
Quand la vie personnelle dérape, l’espace professionnel est un solide point d’appui dont il serait dommage de se priver. Autant le préserver en attendant des jours meilleurs et profiter de cette épreuve pour montrer qu’on a un cœur.

 « On a beau dire, une rupture, ça libère mais ça déchire aussi, ne serait-ce que la routine. », B.Vac

-----------------------------------------------------

[1 Elisabeth Kübler-Ross

[2] Respirez pour mieux vivre, Sandra et Olivier Stettler, éditions Jouvence

Autour du même sujet