Comment détecter ses potentiels ?

Selon une enquête réalisée par Stepstone en 2010, 46% des Français ne travaillent pas dans la fonction désirée. Pourquoi choisi-t-on un métier plutôt qu’un autre ? Est-il possible d’en changer ? Combien de fois ?

Alors que certains exercent un métier par choix et par envie, d’autres ne manifestent pas le même enthousiasme, soit parce qu’ils ont été influencés par leur entourage ("tu seras avocate, ma fille !"), par dépit ("je n’ai pas le choix"), par manque de confiance en soi ("je n’y arriverai pas !") ou encore parce qu’ils ignoraient l’éventail des métiers existants.
L’allongement de la durée de vie professionnelle, les nombreuses réorganisations et la quête d’épanouissement personnel amènent les salariés à développer leur employabilité. Il leur faut à présent investir sur leurs points forts et leurs potentiels.

Qu’entend-on par potentiel ?
Du latin potentia, potentiel signifie « qui existe en puissance ». Autrement dit, un potentiel est une capacité qui n’est pas exprimée mais que la personne semble détenir.

On parle souvent dans ce cas de « talent naturel », de « don » ou de « compétence inconsciente », tels que la créativité, l’esthétisme ou l’empathie. Il se différencie de la notion de compétence, capacité mise en pratique et évaluée, comme animer une réunion ou construire un tableau de bord.

Comment détecter ce qui n’a jamais été mis en œuvre ? Les diplômes et l’expérience professionnelle sont-ils les seuls critères qui permettent d’évaluer les aptitudes d’un salarié ?

Inventaire des pratiques de détection des potentiels
La gestion des ressources humaines en entreprise, et plus précisément l’évaluation du niveau d’employabilité, est encore très largement basée sur les diplômes et l’expérience professionnelle vécue.
Il suffit pour s’en convaincre de recenser les dispositifs en vigueur, les deux principaux étant le « bilan de compétences » et la « validation des acquis et de l’expérience ». Tous deux sont fondés sur le même principe : construire son futur sur la base de son passé. Aucun des deux n’a été conçu pour explorer les potentiels.
Il existe néanmoins une démarche dédiée à cette finalité, « l’Assessment center ». Assez onéreux, il est généralement destiné aux salariés identifiés par leur employeur comme « haut potentiel ».
Pris en charge par l’employeur, il évalue exclusivement les compétences requises au sein de l’entreprise et ne permet par conséquent pas d’explorer des potentiels qui pourraient être valorisés au sein d’autres métiers.
Alors, comment faire pour identifier ses potentiels et s’ouvrir de nouvelles perspectives professionnelles ? Et pour certains, réaliser leur rêve ? Voici quelques pistes de réflexion :
Prenez le temps de l’introspection, et apprenez à être attentif à :
-  Vos désirs. L’envie de s’engager dans une activité personnelle ou professionnelle suppose bien souvent que l’on se sente capable de la réaliser. Remémorez-vous les désirs que vous ressentiez étant enfant et devenez attentifs à ceux vous éprouvez actuellement. Sont-ils différents ?
Roger a toujours su trouver les mots justes pour apaiser les tensions. Enfant, ses copains le sollicitaient pour mettre fin à des querelles. Il a en lui, depuis fort longtemps, le potentiel de médiation.
-  Vos réactions spontanées. Les réflexes sont souvent un processus automatique révélateur d’une capacité inconsciente. Comment réagissez-vous face aux évènements imprévus de la vie ? Lors d’un pique-nique entre amis, la tension monte chez les enfants âgés de 5 à 11 ans car les parents ont oublié d’amener des jouets pour les divertir. Laurent a alors l’idée d’utiliser les petites assiettes en plastique et propose une variante de la pétanque. Les enfants sont ravis. Il a fait preuve d’improvisation, d’imagination et de débrouillardise, capacités indispensables dans le monde du travail.
-  Vos facultés d’apprentissage
. La rapidité et la facilité d’apprentissage sont très révélatrices d’une capacité. Qu’avez-vous tendance à apprendre rapidement et avec aisance ?
-  Vos plaisirs.
Quelles sont les activités professionnelle et extra professionnelles qui procurent du plaisir, voire qui vous passionnent ? Pour quelles raisons ? Que vous apportent-elles ? Laurence adore construire des puzzles. Apparemment anodine, cette activité repose pourtant sur d’intéressantes capacités et notamment celles de structurer sa démarche, d’explorer, trier, analyser, tester, résoudre des problèmes…

Sollicitez le point de vue de votre entourage
S’il est parfois difficile d’effectuer ce travail d’introspection, vous pouvez agir sur « l’effet miroir », à savoir demander à des personnes de votre entourage, personnel et/ou professionnel, bien évidemment d’un naturel bienveillant, qui vous connaissent bien et en qui vous avez confiance d’énumérer vos points forts, les talents qu’ils perçoivent en vous.
Il est parfois difficile d’admettre des qualités évoquées par autrui. Dans ce cas, demandez à la personne de citer un exemple pour vous en convaincre.

Aidez-vous des modèles de présentation des différentes personnalités
Vous pouvez vous aider de certains modèles de personnalité (MBTI, ennéagramme, process communication…) ou de tests spécifiques (Sigmund Potentiel, Hermann…) pour vous permettre de réagir sur les résultats de certains tests ou autodiagnostics.

Attention toutefois à ne pas prendre pour argent comptant les résultats, car :
* Ils sont le fruit de l’appréciation que nous avons de nous-même (image de moi), ce qui ne signifie pas forcément qu’il s’agit de la réalité
.
* Le taux de fiabilité est variable
.
* Ils présentent généralement des traits de personnalité (introverti/extraverti, souple/structuré…) et non des capacités
.
Par conséquent, n’hésitez pas à demander à des personnes qui vous connaissent bien et qui sont bienveillantes à votre égard de vous faire part de leurs commentaires sur les résultats de vos tests.

Apprenez à dépasser vos craintes
Révéler ses potentiels permet de développer son employabilité et de s’offrir de nouvelles perspectives d’évolution professionnelle.

Si de nombreuses personnes en rêve, toutes aussi nombreuses sont celles qui abandonnent avant même d’avoir osé s’aventurer sur de nouveaux chemins.

Il y a en effet une multitude de raisons de ne pas tenter d’exploiter ses potentiels : la peur de l’inconnu, le risque financier mais aussi le manque d’ouverture de certains employeurs dont les critères de sélection demeurent encore centrés sur les acquis professionnels. Il vous faudra être convaincant.

Mais que l’on se rassure, l’allongement de la durée de vie professionnelle, cumulée à l’évolution des attentes des Français (plus de liberté, de plaisir au travail…) vont amener le monde de l’entreprise à adopter de nouveaux systèmes de pensée.

Autour du même sujet