5 secrets pour démarrer votre entreprise au Sri Lanka

Apres des années de guerre civile et le tsunami de 2004, le "petit" voisin de l'Inde se réveille et devient un formidable territoire pour l'entreprenariat. Voici quelques conseils pour y réussir.

Depuis près de trente ans, les troubles politiques et les instabilités environnementales ont considérablement freiné la croissance économique du pays. Ces troubles ont conduit à un exode massif de la jeune génération et de leurs talents loin de leur domicile, vers les pays européens comme le Royaume-Uni, pour bénéficier d’un enseignement supérieur.
2009 a été une année synonyme de changements pour le Sri Lanka lorsque le gouvernement a commencé à soutenir l'environnement des startups dans le but de faire croître l'économie. Pour rendre le pays aussi attractif que possible pour les entrepreneurs cherchant à opérer au Sri Lanka, et attirer des talents étrangers à leurs côtés, le gouvernement a rendu les étapes de création d'une société rapides et simples.
Le marché local en est peut-être encore à ses débuts, mais il est sur le point d'exploser. En prenant en compte ces récents changements, et en réalisant le gros potentiel touristique de cette île magnifique, nous avons décidé d'étendre nos activités au Sri Lanka, et de lancer SriLanka-Villa.com. Un an plus tard, nous jetons un regard sur les avantages et les inconvénients d’opérer dans ce nouveau pays, et tirons les leçons apprises de notre expérience, sous forme des conseils suivants:

I. Amorçer son projet

Le Sri Lanka est l'endroit idéal pour lancer une start-up en raison des coûts faibles du quotidien. Cela facilite l'amorçage en permettant aux entrepreneurs de fonctionner à coûts réduits. En outre, le Sri Lanka a également une main d’oeuvre avec des salaires relativement faibles, ainsi qu’un très bon niveau d’anglais et d’éducation, surtout lorsque l’on compare aux pays voisins d’Asie du Sud-Est.

II. Etape par étape : la procédure de création d’une entreprise au Sri Lanka

Comme mentionné précédemment, la création d'une entreprise au Sri Lanka est plus facile que dans de nombreux autres pays voisins (notamment l'Inde). Il n'y a que 9 procédures à compléter, sur une période de onze jours pour que votre entreprise puisse démarrer son activité. La première étape consiste à réserver une dénomination sociale unique. Cela prendra environ deux jours et coûtera un millier de LKR plus 12% de TVA. Ensuite, le directeur de la société doit signer un consentement et s’enregistrer au Département du Registre des Sociétés. Cela prendra 2 jours et coûtera 15000 LKR pour le formulaire 1 et 1000 LKR pour chaque formulaire supplémentaire 18 et 19, plus les 12% de TVA.
Ensuite vient le “Public Notice of Incorporation” qui coûte sept mille LKR. Simultanément, vous devez enregistrer votre entreprise auprès des autorités fiscales et recevoir votre TIN (numéro d'identification fiscale) de Taxpayer Services Unit of Inland Revenue Department. En outre, vous devez vous inscrire à la TVA auprès de la Direction d'immatriculation de la TVA au  Inland Revenue Department et payer votre droit de timbre sur les actions émises à la Direction générale de Stamp Duty Branch of Inland Revenue Department, qui coûtera 0,5% du capital total indiqué.
Enfin, vous devez donner un avis de l'émission d'actions au Département du Registre des Compagnies, qui vous coûtera 1000 LKR, et vous inscrire auprès du ministère du Travail pour obtenir votre EPF, le numéro du Fonds de prévoyance des employés. Pour plus de détails, visitez “Doing Business in Sri Lanka” ou lisez ce document contenant tous les renseignements dont aurez avez besoin pour lancer votre entreprise au Sri Lanka.

III. N’ayez pas peur de vous tourner vers les investisseurs providentels / “angels investors”

Les entrepreneurs qui souhaitent créer leur entreprise au Sri Lanka en 2015 ont de la chance d'entrer dans un paysage qui a vu des changements cruciaux ces 10 dernières années. Depuis la création de Blue Ocean Ventures et du Lankan Angel network, l'écosystème des start-ups au Sri Lanka a connu un nouveau souffle. Chaque année, le programme Venure Engine, parrainé par Blue Ocean Ventures et du Lankan Angel network financent des start-ups au Sril Lanka. Depuis 2015, LAN a investi 5 millions de dollars dans une vingtaine de start-ups.                               
Des investissements mais aussi un encadrement et de précieux conseils pour aider ces start-ups à grandir et à se développer dans leur secteur d'activité. Les fortes et dynamiques connections des investisseurs agissent comme des réseaux de soutien.

IV. Recruter les meilleurs talents

La majorité des entrepreneurs vous diront que le succès vient avec des employés compétents et nous ne vous diront pas le contraire. Recruter les bonnes personnes permet non seulement d'intégrer les talents utiles mais peut aussi ouvrir des portes. La théorie largement connue des "six degrés de séparation" est également présente au Sri Lanka, mais d'une façon encore plus exacerbée (deux degrés de séparation?). La population de l'ile est peu nombreuse, à peine plus de vingt millions d'habitants début 2015. Les contacts se nouent donc assez facilement. La communauté d'affaires est si compacte que vous connaissez rapidement tout le monde. Tout le monde est l'ami d'un ami. Si vous recrutez quelqu'un qui a des relations, vous avez accès à l'ensemble de son réseau de talents au Sri Lanka.

V. Apprendre de l'écosystème économique indien

Le Sri Lanka a une économie, une population et un écosystème nettement plus petits qu'en Inde. Mais il s'inspire de sa voisine de plusieurs façons. Le projet Venture Engine, mentionné plus haut, est directement calqué sur le Indian Angel Network, le plus grand réseau de business angels en Asie. L'un des plus grands investisseurs du Sri Lanka est Rajan Anandan, le directeur général de Google Inde qui a déclaré en 2014 que le Sri Lanka  est à deux ou trois années du point d'inflexion.
Les start-ups du Sri Lanka marchent dans les pas des indiennes. Le développement est rapide, ce qui insuffle des liquidités dans l'île. L'écosystème des start-ups n'en est encore qu'à ses prémices, mais le pays dispose de tous les atouts pour suivre les traces de l'Inde et de Singapour. le pays dispose en outre d'une imposition intéressante pour les investisseurs étrangers. L'impôt sur les sociétés est de 28% en 2015, ce qui est plus bas que les taux européens. La propriété étrangère totale y est encore possible. De plus, pas de restrictions sur le rapatriement des bénéfices

Bonne installation au Sri Lanka!
    

Asie