Stress, un problème sans solutions ?

Le stress est sur toutes les lèvres et dans tous les médias. Pas un jour sans un article sur ses effets secondaires et ses risques sur la santé. Et si on cessait de se focaliser sur les effets mais plutôt sur les solutions ?

"Le mal du XXIe siècle"

Le docteur Staf Henderickx, coauteur de Docteur, je vais craquer ! : Le stress au travail, qualifie le stress de "mal du XXIe siècle". Vu l’appréhension qu’il suscite, on ne pourrait que lui donner raison.

Les sociétés ont évolué, pas le stress

Qu’est-ce que le stress à l’origine ? Pour répondre à cette question, il faut revenir 2.4 millions d’années en arrière, à l’époque où l’homme n’était qu’un chasseur. Un temps où il ne comptait que sur ses sens pour faire face à toute menace. Le corps devait impérativement être prêt à se tenir en action. Quand les sens du chasseur étaient en alerte, sa tension augmentait, ses battements de cœur accéléraient et ses pupilles se dilataient. Une réaction biochimique engendrée par une question de vie ou de mort où souvent la réponse était la fuite ou le combat.

2.4 millions d’années plus tard, nos sociétés ont évolué, se sont industrialisées, mais ces réactions biochimiques, elles, n’ont pas changé. Notre corps est toujours soumis aux mêmes changements lors de situations sous pression. Aujourd’hui, en entreprise on ne peut pas attaquer ou fuir. Le temps de la chasse est terminé. L’époque est différente, l’environnement aussi, mais le problème, lui, reste le même. Comment répondre à cette réaction qu’est le stress ? Si nous ne pouvons pas avoir de réponse naturelle alors tentons de trouver des alternatives, adaptées au contexte actuel, pour enrayer cette tension au lieu de la subir.

Décrypter plutôt qu’endurer

Nous l’avons compris, à force de le lire et de l’entendre partout, le salarié d’aujourd’hui n’a jamais été autant sous pression. C’est un fait. Les effets n’ont jamais été aussi dévastateurs. Certes, mais peut-être est-il temps d’arrêter de seulement constater. Si l’on ne veut pas que l’environnement professionnel devienne un lieu sinistré, il est temps de réagir. Oui le stress existe, oui il peut avoir des effets collatéraux sévères comme le burnout mais il peut aussi s’expliquer. Et s’il peut se comprendre, il peut s’enrayer.

Réveillons-nous et agissons

Arrêtons de nous réveiller une fois que le mal est fait et proposons de réelles solutions en amont. Lorsque vient le débat des sources du stress, certains ont la fâcheuse tendance à mettre l’accent sur les facteurs personnels. Reprenons la définition de l’Organisation Mondiale de la Santé : le stress est "une situation perçue comme négative par un groupe d’employés, allant de pair avec des douleurs ou troubles fonctionnels de nature physique et/ou sociale et résultant du fait que les travailleurs ne peuvent pas satisfaire aux exigences et attentes propres à la situation de travail". Une définition essentielle. Pourquoi ? Parce qu’elle insiste sur l’aspect de groupe.

Posons-nous les bonnes questions

Qu’est-ce qui, dans un environnement professionnel, va générer une pression trop importante ? Des objectifs insensés ? un manager à l'autorité exacerbé ? Le manque de soutien de ses pairs ? Une réorganisation dans l'équipe ? Les explications sont nombreuses.

Identifier et cibler les sources de tension

Il est indispensable d’ouvrir le dialogue, de repérer les zones de confort et de tension, et ainsi proposer des interventions adaptées et surtout personnalisées en fonction des situations de chacun. Aujourd’hui, entreprises comme consultants disposent de l’expertise et des connaissances requises pour faire face aux surplus de stress de leurs collaborateurs et ainsi proposer des actions efficaces. Audit, outils RH, formations, coaching, conseils, etc… Les solutions sont multiples, il faut seulement oser remettre en question une organisation déjà installée. Et c’est peut-être ça l’étape la plus difficile du processus. 

Burnout