Comment la génération Y change l'entreprise

Aujourd’hui, le mot travail n’a plus la même signification. Il ne fait plus référence au lieu sur lequel nous nous rendons chaque matin mais plutôt à notre mission. Si le sens de ce mot a évolué, c’est avant tout pour des raisons technologiques et générationnelles.

Davantage et plus rapidement que les autres, la génération Y, également appelée Millenials (individus nés entre le début des années 1980 et le début des années 2000), s’est totalement appropriée les technologies mobiles, que ce soit pour un usage personnel ou professionnel. Ce qui a bouleversé notre façon de travailler.

Les entreprises sont-elles en adéquation avec ces nouveaux usages ? Comment répondent-elles à ces nouveaux besoins ? L’Entreprise Mobile est-elle devenue le nouvel argument des directions des Ressources Humaines en matière de recrutement ?

La Mobilité, un atout à plus d’un titre pour l’entreprise

Encourager les organisations à revoir leur façon d’appréhender la technologie mobile est l’un des principaux changements que la génération Y a provoqué. En France, selon une étude portant sur l’Entreprise Mobile, 69 %[1] des sondés déclare que leur société n’a pas encore défini de véritable stratégie mobile. Il s’agit pourtant là d’une opportunité de répondre aux attentes des collaborateurs et d’attirer les meilleurs talents.

La première génération de collaborateurs mobiles pousse les entreprises à intégrer la mobilité et les nouvelles technologies dans le package des atouts qu’elles promeuvent lors d’un recrutement. La culture de la "mobilité au travail" profite donc largement aux organisations : elles apparaissent plus attractives aux yeux des candidats, tout en bénéficiant d’une motivation et d’une productivité accrues de la part de leurs salariés.

Avantage ou inconvénient pour le collaborateur ?

Ces changements de comportements face à la culture du travail et à la mobilité influencent bien évidemment les décisions en matière d’investissements technologiques. La génération "Mobile First" à l’habitude d’accéder aux informations et aux outils de communication via tous types d’appareils, à tout moment et en tout lieu. Elle souhaite pouvoir collaborer en temps réel avec ses collègues.

La limite autrefois bien établie entre vie professionnelle et vie privée devient cependant de plus en plus ténue. Le collaborateur lambda lit aujourd’hui ses e-mails dès le matin au réveil et démarre sa journée de travail bien plus tôt qu’auparavant, à l’époque où le smartphone ne régnait pas en maître. Aussi, il consultera à nouveau ses emails le soir. De fait, les Millenials sont moins sensibles aux horaires. Cette obsession pour les smartphones et tablettes les amène à s’engager dans une lutte pour trouver un équilibre entre le fait d’être "toujours connecté" et leur désir de concilier travail et vie privée. En France, le "droit à la déconnexion" est d’ailleurs désormais inscrit dans la loi Travail votée cet été.  

Ce nouveau mode de travail peut aussi être source de conflit. De nombreux baby-boomers et personnes issues de la génération X (individus nés entre 1960 et 1980) s’interrogent sur la productivité des Millenials connectés à distance et absents du bureau. Sans supervision, le travail à domicile peut être considéré comme un jour de congé payé. De leur côté, les Millenials ne veulent pas se sentir surveillés. Un climat de confiance est attendu, et la technologie procure aux salariés un certain niveau de responsabilité individuelle, et aux entreprises un certain degré de supervision.

La mobilité représente donc une avancée technologique dans ce nouveau modèle de responsabilisation des collaborateurs car elle offre la flexibilité et l’attractivité recherchées par certains salariés tout en maintenant des niveaux de performances élevés pour les entreprises. Les innovations en matière de solutions de collaboration temps réel permettent aux collaborateurs de travailler en équipe sur des projets en toute simplicité. Les chefs de projets et les managers peuvent quant à eux aisément voir sur quoi travaillent les collaborateurs et mesurer ainsi leur degré d’implication.

De la même façon que les Millenials veulent être nomades, le management doit s’adapter et évoluer dans son approche et sa façon de manager les équipes de manière à tirer profit de cette mobilité, qui va continuer de se démocratiser en entreprise.

L’entreprise Mobile, une évolution irréversible

L’Entreprise Mobile n’a pas seulement changé la façon dont les salariés en place interagissent avec les organisations, elle a également transformé le processus de recrutement. En investissant dans des infrastructures agiles permettant la mobilité des collaborateurs, les barrières géographiques sont brisées et les entreprises ont accès à un vivier mondial de talents. La personne la plus compétente n’est plus la plus proche physiquement – le monde connecté représente une véritable opportunité pour les recruteurs.

Les Millenials sont les principaux moteurs du changement dans le milieu du travail. Ils ont pris le relais de la génération X et ont favorisé l’évolution technologique de l’entreprise en modifiant les schémas conventionnels du travail. Par conséquent, la structure de l’entreprise classique a été irréversiblement transformée. L’entreprise doit désormais s’adapter pour rester compétitive dans un monde "Mobile first" en pleine mutation. La mobilité fait partie de notre quotidien professionnel, et même si vous n’êtes pas un "collaborateur mobile" au sens traditionnel du terme, vous agirez comme tel dans les faits.

[1] « L’Entreprise Mobile », étude réalisée par Mitel en 2016 auprès de plus de 300 répondants, membres de Directions Générales, de DSI ou de Directions Métiers

Autour du même sujet