Devenir taxi

S'il n'est pas nécessaire d'avoir fait de hautes études pour devenir taxi, l'accession à ce métier n'est pas aisée. Il ne suffit pas d'acheter une voiture. Il faut acquérir une licence, une autorisation de stationner ou trouver un employeur, passer un certificat et remplir quelques conditions. Alors avant de se lancer dans le métier de chauffeur de taxi, mieux vaut savoir quelle est la réalité du travail, mais aussi comment devenir chauffeur de taxi.

Les avantages et inconvénients du métier de taxi

Certes, devenir taxi peut séduire. Faire de nouvelles rencontres tout au long de journée, se sentir libre, changer d'itinéraires en permanence sont les aspects positifs. Mais le métier de chauffeur de taxi revêt également des caractéristiques moins enthousiasmantes : le fait de travailler la nuit, le week-end et les jours fériés, la fatigue physique due à l'importante amplitude horaire, à la station assise et l'attention portée sur la route. Et pour limiter le stress de ne pas trouver suffisamment de clients, d'être pris dans les embouteillages ou de subir la concurrence entre chauffeurs de taxi, le taxi doit déterminer quel est le meilleur secteur où il peut exercer son métier. Terminaux de transports en commun, discothèques, hôpitaux... Certains lieux sont plus porteurs, mais aussi soumis à davantage de concurrence.

Devenir taxi : un diplôme, le CCPCT

Le candidat au métier de taxi doit d'abord remplir certaines conditions indispensables :
- avoir un casier judiciaire vierge ;
- détenir le permis B depuis 3 ans minimum ;
- avoir un diplôme de niveau CAP minimum ;
- être déclaré apte par un médecin agréé par la préfecture ;
- avoir passé un diplôme de secouriste depuis 2 ans maximum.
Si ces critères sont respectés, le candidat peut alors passer le certificat de capacité professionnelle de conducteur de taxi, ou CCPCT. La préfecture organise différentes épreuves pour tester les aptitudes des candidats en matière de :
- français ;
- règlementation de la profession ;
- Code de la route ;
- sécurité ;
- gestion ;
- langue étrangère ;
- géographie du secteur ;
- topographie du secteur.
Le candidat doit ensuite passer une épreuve pratique afin d'être évalué sur sa conduite et son comportement.

Quelques conseils pour devenir taxi

S'il est possible de se préparer seul à cet examen, les chances de réussite seront plus grandes en suivant une formation de 280 heures dispensée par un centre spécialisé.
La profession étant réglementée, il est impératif de détenir une autorisation. Les licences d'anciens chauffeurs de taxi sont très onéreuses et peuvent atteindre 300 000 € selon les zones. Les autorisations de stationner sont très longues à obtenir. Certaines mairies peuvent les délivrer au bout d'une dizaine d'années seulement. Reste alors la possibilité de devenir salarié taxi ou locataire. Le premier perçoit un pourcentage. Le second est un travailleur indépendant. Il utilise le véhicule d'une société qui possède une autorisation.
Si toutefois le candidat parvient à acquérir une licence, il devra tenter de fidéliser une clientèle. C'est dans cette optique qu'il peut se spécialiser dans le transport de personnes malades ou handicapées, dans le transport de colis, voire dans le rapatriement pour des assurances.

>> Voir aussi : salaire d'un taxi

Métiers