Le stress en entreprise augmente au niveau mondial

Au niveau international, 58 % des salariés se disent plus stressés aujourd'hui qu'il y a deux ans. Le pourcentage est légèrement moindre chez les Français qui sont 56 % à le déclarer. Ce sont là des chiffres d'une enquête de Regus auprès des entreprises aux quatre coins du monde.
Première constatation, les pays les plus touchés par la récession ne sont pas nécessairement ceux qui ont connu les plus fortes augmentations du stress au travail. La Chine se classe en effet numéro 1 incontesté avec plus de 86 % des salariés interrogés qui constatent un accroissement du stress alors que le pays conserve une croissance élevée. A l'inverse un pays durement touché par la crise comme le Royaume-Uni présente une proportion de 48 % des salariés déclarant avoir vu leur stress augmenter.
Mis au banc des accusés en France : les objectifs de rentabilité, bien plus prégnants durant les périodes de récession et invoqués par 40 % des salariés français. Autre facteur responsable de l'augmentation du stress au travail : la pression liée à l'exigence de maintien des chiffres d'affaires trimestriels, à laquelle 36 % des salariés de l'Hexagone attribuent leur stress.
Les collaborateurs des grandes entreprises françaises (plus de 1 000 salariés) ont connu une hausse plus significative de leur stress au travail : 68 % d'entre eux ont ainsi confirmé une augmentation de leur pression professionnelle contre seulement 54 % des salariés des PME.

PME / Rentabilité