Quels titres bénéficient du fonds pour la presse créé par Google ?

Bénéficiaires du fonds Google AIPG pour l'innovation numérique de la presse en 2013 Créé en septembre dernier, le fonds d'aide à l'innovation numérique de la presse de Google a versé 16,4 millions d'euros aux médias français en 2013. Mais lesquels et pour quels projets ?

Le Fonds pour l'innovation numérique de la presse (Finp), créé par Google pour acheter la paix avec les éditeurs qui lui réclamaient d'être rémunérés pour indexer leurs contenus, n'a pas perdu de temps pour prodiguer ses services. En 2013, et durant 3 mois et demi d'activité, le fonds a versé 16,4 millions d'euros à 23 projets. Quatre sortent du lot, empochant près de 2 millions d'euros chacun et sont portés par Le Nouvel Observateur, L'Express-Roularta, Le Monde et Le Figaro. Ces quatre membres de l'AIPG, l'association regroupant les éditeurs de presse quotidienne et de magazines d'information politique et générale, qui avait été en première ligne de la fronde anti-Google, ont touché près de 2 millions d'euros chacun. Soit la moitié des aides versées. Plusieurs membres de l'AIPG siègent par ailleurs dans cette commission. Créé pour une durée de 3 ans, le Finp a été doté d'un capital de 60 millions d'euros.

Voici l'intégralité des aides délivrées en 2013, classées par montant :

 

Le Nouvel Observateur : QuotidienObs, premier quotidien digital pour un News magazine. 

 1,99 millions d'euros

 

Express-Roularta : Une plateforme big data pour passer d'une approche de marque ("brand centric") à une vision "user centric".

  1, 97 millions d'euros 

 

Le Monde : 2014 Mobilité first, une offre exclusive et expérimentale dédiée aux usages mobiles.
 1,84 millions d'euros

 

Le Figaro : Figaro.tv, plus de 100 vidéos par jour pour faire entrer le groupe dans l'ère de l'image.
 1,82 millions d'euros

 

Ouest France : "Ednum", deux éditions en ligne par jour pour se "différencier du marché numérique français".
 1,38 millions d'euros

 

La Voix du Nord : Création de 1524 portails hyper locaux derrière un paywall
 840 000 euros.

 

La Croix : "La Croix Data-Driven Media", connaître et qualifier son audience pour mieux pousser et adapter les offres payantes.
 835 000 euros

 

Slate : "SoSlate", la curation sociale automatisée pour analyser les conversations numériques.
758 000 euros

 

Sud Ouest : Développement d'une offre d'abonnements multidevices.

 700 000 euros

 

Libération : Une offre de publications numériques exclusives avec journal de fin de journée, suppléments et ebooks à la demande.
 649 000 euros

 

Le Télégramme : Création d'un paywall sur une offre d'information locale de qualité.
 640 000 euros.

 

Les Echos : "Grid", l'application mobile multi-flux dédiée aux entreprises et à la veille économique.
 588 000 euros

 

Alternatives Economiques : Une publication exclusivement numérique sur l'actualité économique et internationale.
 457 500 euros

 

Contexte : Un modèle payant "multiface" adapté à une presse de niche.
 441 000 euros

 

20 Minutes : Création d'une gamme d'offres publicitaires "Natives" avec un Back office dédié pour l'annonceur.
 267 000 euros

 

BFMTV : BFM Social Media, la première plateforme sociale d'information politique en France.
 261 000 euros

 

Rue89 : Le premier Mooc français sur le journalisme numérique.
240 000 euros

 

La Montagne : Créer des supports d'affichage dynamique autour de l'information locale.
 191 000 euros

 

Jeune Afrique : Créer la première plateforme de revente de contenus éditoriaux francophones sur l'Afrique.

 150 000 euros

 

Le Parisien : Devenir le média d'information leader sur le data journalisme.
144 000 euros.

 

Marsactu : Création d'une lettre spécialisée en ligne sur l'économie à Marseille.
131 000 euros

 

Charlie Hebdo : Une application pour voir et faire des caricatures d'actualité.
 53 500 euros

 

Economie Matin : Nouvelles interfaces de navigation dans l'info économique.
 29 000 euros

Innovation / Google