Joel Ronez (Radio France) : "Investir sur le Web pour être prêt lorsque les audiences seront fortes"

Joel Ronez Radio France Le directeur du Mouv' et des nouveaux médias de Radio France était l'invité de l'émission "Les Décideurs du Net", présentée par le JDN et Décideurs TV en partenariat avec Offremedia

Joel Ronez, directeur de la station Le Mouv' et des nouveaux médias de Radio France, était l'invité de l'émission "Les Décideurs du Net", présentée par le JDN et Décideurs TV en partenariat avec Offremedia, ce 24 avril à 12h30."La direction numérique que notre nouveau président, Matthieu Gallet, veut insuffler vient valider les premières orientations prises, avec une meilleure intégration de la production des contenus entre l'antenne et le Web et la mise en place d'une radio visuelle 24h24 dès septembre", précise d'emblée Joel Ronez.

"La notion de périodicité et de chronologie a été chamboulée par la numérisation des médias", justifie-t-il pour expliquer que certains programmes soient mis en ligne avant même leur diffusion à l'antenne. Et d'ajouter : "Pas de risque de cannibalisation, au contraire, on bénéfice des audiences qui s'agrègent autour et du bouche-à-oreille". Pour cause, cela permet à la station de cibler un public dont la consommation est non-linéaire, nourrie principalement aux podcasts, clips Youtube et autres. Car au-delà de la question de rentabilité immédiate, il s'agit avant tout d'investir pour l'avenir. "On est obligé d'acquérir un savoir-faire et de fidéliser une audience pour pouvoir être prêt le jour où ce sera massif", confirme-t-il.

C'est dans cette optique que le groupe s'apprête à lancer RF8, une plateforme d'écoute et de partage de musique en ligne, façon Spotify ou Deezer, qui puiserait dans la discothèque numérique de plus de 2 millions de titres dont il dispose. "L'objectif est de proposer des playlists éditorialisées par nos programmateurs, directeurs artistiques et journalistes musicaux pour réussir la synthèse entre notre mission de recommandation et les nouveaux usages de consommation", explique-t-il. Si les discussions avec les représentants des producteurs de musique achoppent pour le moment, obligeant la plateforme à passer par Youtube et autres, Joël Ronez estime que cela ne remet en rien en question la promesse de base de "prescription".

RADIO France / Les Décideurs du Net