Optimisation fiscale : Yahoo sur les traces de Google ?

L'Américain a annoncé que ses services seront désormais fournis à partir d'une seule entité européenne, basée en Irlande.

C'est ce qu'on appelle un problème de timing. Alors même que les rumeurs autour d'un possible redressement fiscal de Google à hauteur d'1 milliard d'euros enflent, Yahoo vient d'annoncer avoir réorganisé ses activités en Europe, précisant qu'à partir du 21 mars 2014, ses services seraient fournis à partir d'une seule entité européenne, basée en Irlande. " Votre contrat, en tant qu'utilisateur, sera ainsi transféré de Yahoo! France SAS à Yahoo! EMEA Limited. Ce changement s'appliquera à tous les services Yahoo qui vous sont proposés, tels que Mail, Flickr et Questions/Réponses, lesquels vous étaient jusque-là fournis par Yahoo! France SAS ou par une autre de nos entités européennes", explique la société dans un mail à sa communauté. Le fait de continuer à utiliser ses services Yahoo passée cette date fera office d'acceptation de ces changements des conditions générales d'utilisation (CGU), précise également Yahoo. 

Yahoo reste en revanche flou sur les conséquences fiscales de cette décision, sur laquelle planent forcément de forts soupçons. Selon une porte-parole de Yahoo France, "cette annonce se positionne dans la continuité de l'extension de l'activité du siège de Dublin et ne remet en rien en question la pérennité de Yahoo! France SAS". Sans toutefois préciser si la facturation des achats d'espaces publicitaire se fera désormais aussi depuis l'Irlande, comme le pratique Google.

Si tel était le cas, Yahoo France deviendrait alors un simple prestataire de Yahoo EMEA. Un moyen d'alléger considérablement ses impôts. La réaction du gouvernement ne devrait pas se faire attendre alors même qu'Arnaud Montebourg annonçait ce matin être prêt à engager une action d'envergure européenne pour déclarer Google illégal sur le vieux continent, si ce dernier n'acceptait pas de domicilier les données personnelles des Français en France. 

 

Yahoo