La fiscalité des actions gratuites a été durcie

Au-delà de 300 000 euros d'acquisitions par an, c'est le régime des traitements et salaires qui s'applique. © Oleg Dudko-123RF
Le régime favorable accordé par Emmanuel Macron aux distributions d'actions gratuites a bien failli être mis à mal mais il n'a été qu'aménagé. Le dispositif permettant de soumettre les gains réalisés au régime des plus-values mobilières s'appliquera jusqu'à 300 000 euros d'acquisitions par an. Au-delà, la fiscalisation des gains se fera dans la catégorie des traitements et salaires.