Alibaba Cloud part à la conquête du marché français

Alibaba Cloud part à la conquête du marché français Le géant chinois veut accompagner les entreprises françaises souhaitant déployer leurs applications et services digitaux en Chine et plus largement en Asie.

Dans le sillage d'Amazon Web Services (AWS) - la filiale cloud d'Amazon.com créée par Jeff Bezos en 2006, le géant de l'e-commerce chinois Alibaba a lui aussi lancé une activité de services informatiques "dans le nuage". Son coup d'envoi a été donné en 2009. Sa croissance a depuis été exponentielle. Pour preuve : IDC classe désormais Alibaba Cloud en quatrième position du marché mondial de l'Infrastructure as a Service (IaaS), derrière AWS, Microsoft et IBM… et devant Google.

Indicateurs basés sur des estimations d'IDC pour l'année calendaire 2016 © IDC / Alibaba

A l'issue de sa dernière année fiscale (clos au 31 mars 2017), le cloud chinois a enregistré un chiffre d'affaires de 968 millions de dollars, en hausse de 121%. Une croissance notamment poussée par une stratégie d'internationalisation. Depuis 2015, Alibaba Cloud n'a cessé de s'étendre hors de Chine. Le groupe a déployé des zones d'hébergement en Australie, à Dubaï, aux Etats-Unis (à la fois sur la Côte Est et la Côte Ouest), à Hong Kong, au Japon, à Singapour… mais aussi en Europe, avec un centre de données ouvert en novembre 2016 à Frankfort en Allemagne. Et dans les mois qui viennent, l'expansion va se poursuivre, avec l'implantation de datacenters en Inde et Indonésie (d'ici mars 2018).

Quelle est l'ambition d'Alibaba Cloud en France ? "Nous souhaitons accompagner les clients globaux qui viennent s'implanter en Asie, aussi bien les PME que les grands comptes. Nous avons déjà embarqué de nombreuses sociétés françaises, dont certaines du CAC 40, dans cette démarche", confie Yeming Wang, directeur général d'Alibaba Cloud Europe. "L'écosystème d'Alibaba étant beaucoup plus large que le cloud, nous pouvons également épauler ces clients en termes business, en leur apportant des services et applications dans le retail, la logistique, la finance... Nous maîtrisons par ailleurs l'environnement chinois de régulation en matière de sécurité qui peut s'appliquer à certaines entreprises, en fonction du nombre d'utilisateurs, du débit de données transféré en dehors de la Chine. Nous pouvons aider les sociétés étrangères dans ce domaine."

Le big data et l'IA mis en avant

Alibaba Cloud met aussi en avant sa capacité d'innovation pour séduire les entreprises françaises. Historiquement positionné sur le IaaS (avec des services de calcul, de stockage, de base de données…), le géant déploie désormais un savoir-faire dans le big data. Sur ce terrain, il commercialise notamment une plateforme de traitement massivement distribué. Baptisée MaxCompute, elle est taillée pour orchestrer des clusters pouvant compter jusqu'à 10 000 serveurs. Alibaba Cloud vient d'annoncer que ce service serait disponible au sein de son datacenter européen à partir du second semestre 2017.

Yeming Wang, directeur général d'Alibaba Cloud Europe (à gauche), et Dr Wanli Min, data mining scientist d'Alibaba Cloud. © Alibaba

A l'instar d'IBM, Alibaba Cloud a en outre initié un vaste programme de R&D centré sur l'intelligence artificielle. Des travaux qui l'amènent aujourd'hui à proposer des services d'analytics, de deep learning, mais aussi de reconnaissance du langage naturel et d'images. Complétant ainsi l'édifice MaxCompute, "ils sont déjà très utilisés en Chine dans les secteurs de l'industrie, des transports ou du médical, sur des scénarios d'aide à la décision ou d'analyse prédictive", explique Dr Wanli Min, data mining scientist chez Alibaba Cloud. Et tout comme Big Blue avec son offre cloud d'intelligence artificielle Watson, Alibaba Cloud a lui-aussi bâti des solutions d'IA verticalisées : dans les smart city (avec l'offre City Brain), l'industrie (avec Industrial Brain) ou la santé (avec Medical Brain).

Bientôt un second datacenter en Europe

A l'instar d'AWS et Microsoft, Alibaba Cloud prévoit-il d'ouvrir prochainement un centre de données en France ? "Il est clair que nous allons déployer un second datacenter en Europe. Mais sa localisation reste à définir. Elle dépendra des besoins de nos clients. Pour le moment, les pays où nous enregistrons la plus forte activité en Europe après l'Allemagne sont la France et le Royaume-Uni", confie Yeming Wang.

En attendant, Alibaba dispose au sein de sa filiale française d'une équipe commerciale spécifiquement dédiée à son offre de cloud. Pour renforcer encore sa présence dans l'Hexagone sur ce segment, le groupe a aussi signé des partenariats avec des ESN locales. C'est notamment le cas avec Linkbynet et Ecritel. En termes de support, Alibaba Cloud met par ailleurs en œuvre à destination de ses clients internationaux un service de support en anglais 7j/7, 24h/24.

Enfin, Alibaba Cloud a commencé à se rapprocher d'éditeurs tiers dans l'optique de faciliter la mise en œuvre de projets sur sa plateforme. Mi-2016, il a conclu un accord avec SAP en vue d'assurer le portage de la plateforme SAP Hana dans son environnement. Plus récemment, il s'est allié à Docker. "Ce partenariat est clé. Docker Enterprise, que nous prenons désormais en charge, va en effet grandement faciliter la migration de systèmes existants vers Alibaba Cloud", insiste pour finir Yeming Wang.

A lire aussi :

Chine / Alibaba