"Il n'existe pas de liste noire sur quelque sujet que ce soit chez Microsoft"

Nouvelle stratégie en faveur de l'interopérabilité Open XML, RGI... Le directeur de la stratégie interopérabilité a balayé tous les sujets brulants, et annoncé en avant première l'ouverture d'un centre d'interopérabilité en France.

Jusqu'où Microsoft est prêt à aller en matière d'interopérabilité ?

Nous sommes engagés, sur ce sujet, sur tous les fronts. Sur le plan technique au travers de nos produits, sur le plan des travaux de normalisation, sur la documentation relative à nos produits. Mais cela inclut également les licences et les relations avec nos concurrents.

Qui dit interopérabilité dit, par essence, dialogue et ouverture. C'est sur ces bases que nous avons défini notre stratégie et nos actions.

Je travaille pour le R&D d'un éditeur français, pensez-vous que Microsoft va poursuivre la publication de données techniques sur les protocoles de ses produits ?

Absolument. C'est un des grands axes de notre stratégie (cf. précédemment), et nous allons la poursuivre, sur l'ensemble de nos produits. Nous avons toujours publié de nombreuses informations sur nos API et protocoles, mais avons accéléré ces publications en février 2008 en mettant à disposition des développeurs 50 000 pages de documentation sur nos produits les plus diffusés.

En complément, les travaux de R&D menés par Microsoft Research sont tous publics et disponibles sur Internet.

Quelle est  la position de Microsoft sur l'interopérabilité dans le secteur public ? Êtes-vous favorable au RGI ?

L'interopérabilité s'applique à tous les domaines. Pour ce qui concerne le secteur public, il est légitime que celui-ci se préoccupe de l'indépendance des choix. A ce titre, l'existence du RGI reflète cette volonté. Quant à son contenu, il nous faut encore attendre qu'il soit définitivement officialisé pour le commenter.

Quels sont les standards soutenus par Microsoft pour l'interopérabilité ?

alfonso castro microsoft interoperabilite
"Il n'y a pas de 'liste noire' sur quelque sujet que ce soit chez Microsoft. Quant au fait de savoir si Linux est une technologie concurrente, la réponse est oui." © JDN Solutions / Antoine Crochet-Damais

Nous n'aurions malheureusement pas assez de temps pour les citer tous. En effet, Microsoft contribue activement à plus de 150 comités de par le monde (W3C, ISO, IEEE, IETF ...), et a adopté plus de 10 000 standards sur l'ensemble de sa gamme. Notre approche en la matière est pragmatique et consiste, en permanence, à travailler dans le sens de l'innovation pour tous.

On voit bien que la politique de Microsoft en faveur de l'interopérabilité est en cohérence avec son ouverture à l'Open Source. Mais quels types de projet Open Source Microsoft compte-t-il soutenir précisément ?

Là encore, c'est le pragmatisme qui prévaut. Il n'y a pas de ligne directrice particulière, il s'agit de toujours de prendre en compte l'amélioration des attentes du marché. Par exemple, en matière de virtualisation de serveurs, nous avons travaillé depuis longtemps avec Novell, puis nous nous sommes engagés sur un support croisé de nos technologies avec Red Hat et avons, cet été, publié des codes sources liés au noyau Linux en GPL V2. Cet exemple montre, je pense, la continuité de notre approche en matière de virtualisation et notre engagement toujours plus fort en termes d'interopérabilité.

J'ai lu que Microsoft considère depuis cette année Linux comme une menace, et a placé l'OS dans une liste noire d'acteurs, aux cotés de Firefox, Google. Je ne comprend pas cette décision, sachant l'ouverture amorcée vers les distributeurs Linux, comme Novell. Pourriez-vous donner une explication ?

Il n'y a pas de "liste noire" sur quelque sujet que ce soit chez Microsoft.

Quant au fait de savoir si Linux est une technologie concurrente, la réponse est oui. Mais cela n'est pas du tout en contradiction avec nos stratégies d'ouverture, au contraire.

Les exemples de collaboration ou de travaux communs avec les communautés Linux ou autres ne manquent pas. Comme indiqué précédemment, nous avons publié du code source Linux afin d'en optimiser le fonctionnement sur nos environnements de virtualisation. Cette initiative a d'ailleurs été soulignée publiquement par Linus Torvald lui-même en estimant que Microsoft avait fait ce qu'il fallait.

Quel est l'objectif de Microsoft en soutenant un projet comme Mono ?

Les travaux menés par Novell et nommés "Mono" consistent à porter la technologie .Net en environnement Linux. Nous soutenons effectivement ces travaux, en relation avec d'autres sujets similaires tels que la virtualisation, les formats de documents, l'administration de systèmes, les technologies d'accessibilité ou bien Silverlight (Interfaces riches) également porté par Novell sur Linux.

Notre objectif, dans ce type de démarche, consiste à permettre la diffusion de nos technologies sur d'autres plates-formes, en complément de l'adoption, par nous, de technologies qui ne sont pas de notre origine. Silverlight sur Linux permet ainsi aux internautes qui disposent de machines sous Linux (et même Apple maintenant) de profiter d'un certain nombre de diffusions d'événements en direct sur Internet.

alfonso castro microsoft interoperabilite 3
"Nous travaillons ainsi avec un certain nombre de nos concurrents pour mettre en place des solutions basées nos techologies respectives" © JDN Solutions

On a beaucoup parlé de la diffusion en direct de la cérémonie d'investiture de Barack Obama, mais, en France, nous avons pu en profiter à l'occasion de Roland-Garros et du Tour de France cycliste.

Microsoft France ouvre un centre technologique en matière d'interopérabilité. Quelles seront les missions de ce centre ?

Ce centre a pour but de permettre à nos clients et partenaires de tester des configurations techniques hétérogènes, dans un laboratoire proche de chez eux.

Nous travaillons ainsi avec un certain nombre de nos concurrents pour mettre en place des solutions basées nos technologies respectives et vérifier ainsi la faisabilité technique dans un environnement le plus proche possible de celui de nos clients. C'est une étape supplémentaire dans la mise en œuvre d'une interopérabilité concrète et proche des enjeux réels de nos clients communs.

Cette initiative française donnera d'ailleurs lieu à l'inauguration de ce laboratoire demain avec la participation de Novell, Red Hat, Citrix, Bull, HP, Soyatec (Eclipse), VMWare, et des représentants des communautés Drupal et OpenOffice. Je profite de ces lignes pour les remercier d'avoir joué le jeu pour cette première.

Quels sont les acteurs qui collaboreront avec Microsoft dans ce centre ? Quels sont vos critères de choix ?

Il n'y a pas de critères de choix définis par rapport à une quelconque stratégie. La validation des technologies présentes se fait en fonction des demandes de nos clients (projets en cours ou à venir) et, bien entendu, en fonction de la volonté de collaboration des sociétés impliquées. Aussi, nous sommes en dialogue permanent avec différents offreurs de solutions matérielles ou logicielles afin d'enrichir continuellement ce centre.

Cela inclut également diverses communautés du monde Open Source et dont la technologie s'intègre à notre plate-forme.

Open XML a été normalisé ISO il y a un an je crois. Quel bilan faites-vous de cette normalisation ?

alfonso castro microsoft interoperabilite 2
"Nous sommes en phase d'intégration de la version normalisée d'Open XML dans nos produits" © JDN Solutions

En effet, Open XML a été normalisé ISO depuis plus d'un an, après avoir été standardisé par l'ECMA de manière antérieure. Après ODF, PDF, PDF/A et quelques autres, ce format de fichiers rejoint ainsi une liste de formats de document qui ont vocation à favoriser les échanges de données, de document à à document, mais également en s'intégrant au mieux avec les systèmes informatiques complexes.

A notre connaissance, Microsoft sera le premier éditeur à rendre disponible ce format normalisé ISO, à l'occasion de la sortie de la nouvelle version d'Office, Office 2010 prévue pour l'année prochaine. Nous sommes donc en phase d'intégration de cette version normalisée dans nos produits, et n'avons donc pas encore de retour quant à l'expérience de nos clients.

En revanche, Open XML dans sa version antérieure est disponible dans Office 2007, et a été utilisé par de très nombreuses sociétés de par le monde. Leur retour est excellent, en particulier en matière de connexion avec les bases de données, les applications métier ou la compatibilité avec les formats précédents.

Où en est la forge Codeplex aujourd'hui ? Allez-vous faire de nouvelles annonces ?

CodePlex est une forge qui accueille les projets Open Source sur technologies Microsoft ou non (environnements mixtes). Elle compte à ce jour plus de 80 000 projets, et continue à en enregistrer une croissance mensuelle.

 

Alfonso Castro , 48 ans, est ingénieur électronicien, diplômé de l'ESME Sudria. Il a occupé divers postes de direction de projets Télécom durant 12 ans, ce qui l'a amené à travaillé sur plusieurs environnements techniques (Assembleur, Mainframe, Unix, Windows).

Depuis 14 ans chez Microsoft France, il a occupé plusieurs postes à responsabilités liés au marketing produits (Exchange, Windows Server, Office, SQL Server, gamme serveurs Internet) entre 1995 et 2001. Il a été directeur avant-vente grands comptes de 2001 à 2004, puis directeur du marketing grands comptes de 2004 à 2007. Il est aujourd'hui directeur de la stratégie interopérabilité de Microsoft France.

Autour du même sujet