Fatah Abdesslam (RSI, Armée du Salut) "Nous nous équipons d'un Cloud privé"

La fondation oeuvrant sur le terrain médico-social s'est engagée dans un projet de modernisation de son système d'information, autour d'un nouveau datacenter.

Fondée en France en 1881, la fondation de l'Armée du Salut œuvre dans le domaine médico-social. Elle a pour vocation d'apporter une aide aux personnes en situation de précarité ou d'exclusion (femmes, familles, enfants et adolescents), aux personnes handicapées, âgées, ou ayant besoin de soins médicaux, prisonniers, demandeurs d'asile... A chacun d'eux, la Fondation a pour but de proposer une aide matérielle et un réconfort moral. Dans cette optique, elle dispose de plus de 120 établissements en France (EPHAD, CHRS, CAJ, LHSS, CLHS, MECS), répartis sur quelque 75 sites. La fondation compte plus de 2000 salariés et 2 300 bénévoles. 


JDN Solutions. Quelles ont été les différentes étapes de mise en place des systèmes d'information de l'Armée du Salut ?

A partir de 2000-2002, la Fondation de l'Armée du Salut s'est lancée dans un projet de mise en place d'un système d'information centralisé. J'ai rejoint la fondation en 2004 comme Ingénieur SI. Le chantier était en cours de mise en œuvre. Le comité directeur et le conseil d'administration souhaitaient un système à travers lequel les salariés puissent communiquer. L'idée était de s'équiper d'un système central partagé entre le siège et les établissements de l'Armée du Salut, aujourd'hui plus de 70 sites se connectent au siège par le biais d'une messagerie et d'un intranet.

En 2004, un appel d'offres a été lancé pour relier les sites entre eux. Nous avons choisi un fournisseur qui a déployé un réseau privé virtuel, VPN-MPLS, centralisé à partir du siège. Nous avons également mis en production un ERP en 2004. Grâce au réseau, tous les établissements peuvent s'y connecter en client / serveur. Ce progiciel recouvre la gestion des ressources humaines et la gestion comptable et financière. 


"Un plan de reprise d'activité est en cours d'étude"

Cette centralisation permet un meilleur pilotage de nos activités, avec les mêmes procédures pour tous.


Vous avez décidé de mettre en place un Cloud privé. Pourquoi ce choix ?

En 2004, 39 sites étaient connectés au réseau. Ils sont 75 aujourd'hui, et nous prévoyons 40 liens supplémentaires sur le réseau d'ici 2012 en vue d'intégrer de nouveaux établissements que nous ouvrons. C'est notamment pour amortir cette montée en charge que nous avons décidé de nous doter d'une salle blanche de nouvelle génération pour notre ERP, notre messagerie et notre intranet, ainsi que d'autres projets informatiques en cours. Ce chantier a été lancé, et va s'étaler sur plusieurs mois sur l'année 2011.

Les serveurs seront redondés, mais aussi la climatisation et le réseau électrique. La virtualisation des serveurs réduit le coût de l'infrastructure matérielle. Elle facilite la mise en place de nouvelles applications en évitant les déploiements de matériels, ainsi que la gestion de la redondance applicative. Elle permet en effet de gérer instantanément le basculement d'une machine virtuelle sur une autre machine physique en cas de besoin.


Pourquoi ne pas avoir opté pour un Cloud public ?

Le Cloud privé répond à nos contraintes en matière de gestion de la confidentialité des données personnelles de nos usagers. Notez que nous faisons appel à un infogéreur pour l'administration et la maintenance de notre parc de terminaux et de serveurs. 

Globalement, cette double démarche, autour de la centralisation des systèmes d'information d'une part et du déploiement d'un Cloud privé d'autre part, nous permet d'optimiser à moyen et long terme les coûts d'infrastructures matériels tout en les pilotant plus efficacement.

Un plan de reprise d'activité est en cours d'étude. Il s'inscrit dans un projet plus large de sécurité de notre système d'information qui sera validé dans les mois à venir par la direction générale. En fonction de la criticité des systèmes, les procédures de sauvegarde et de réplication seront définies différemment.


Le système d'information de l'Armée du Salut en bref
Source : JDN Solutions
IntranetSharepoint
MessagerieLotus Notes (1500 boîtes mail)
ERPEditeur spécialisé dans le secteur médico-social
VirtualisationCitrix Xen Server
Baie et serveursChassis HP avec 10 serveurs en lames et unités de stockage SAN
Postes de travail719 postes de travail et 110 ordinateurs portables HP, 80 smartphones Blackberry

Fatah Abdesslam est responsable des systèmes d'information de l'Armée du Salut. Il assure l'organisation et le suivi opérationnel des projets liés aux systèmes d'information. Il est le garant de l'alignement des systèmes d'information avec la stratégie de la fondation. Il est enfin responsable du contrôle des coûts informatiques et des délais des projets. Il travaille avec un technicien support, et un responsable intranet-Internet.

Gestion de projet / Budgets informatiques