Après une décennie d’Agilité, quelle est la prochaine étape ?

Depuis une dizaine d’années, les méthodes de développement agiles ont prouvé leur capacité à résoudre quatre grands maux du développement logiciel. Pour autant, il reste encore bien du chemin à parcourir avant que le développement agile ne réponde parfaitement aux besoins de l’entreprise.

Depuis sa publication en 2001, le Manifeste Agile a révolutionné le développement d’applications en valorisant « les individus et leurs interactions plus que les processus et les outils ; des logiciels opérationnels plus qu’une documentation exhaustive ; la collaboration avec les clients plus que la négociation contractuelle et l’adaptation au changement plus que le suivi d’un plan ».  

A l’époque, les auteurs du manifeste estimaient que le développement en cascade ne répondait plus aux contraintes et exigences des entreprises, que ce soit en termes de qualité des produits livrés ou de tenue des délais des projets. En une décennie, les méthodes agiles ont effectivement prouvé leur capacité à résoudre 4 grands maux du développement logiciel :
  • Le développement en petits lots et les livraisons fréquentes permettent de limiter et de mieux absorber les changements d’avis des clients.
  • Les tests automatiques ont considérablement réduit des phases de tests souvent trop longues, tout en réduisant de manière drastique le nombre d’incidents en production.
  • La programmation en binômes a permis de dissiper le cloisonnement des équipes, pour accélérer la montée en compétences des développeurs et faciliter la gestion des plannings des projets.
  • Enfin, la pratique de la conception incrémentale (“refactoring”) a démontré qu’il était possible de lutter contre la dette technique pour endiguer le ralentissement progressif des développements.
Mais est-ce bien suffisant ? Les développeurs peuvent ils s’estimer satisfaits ? Les clients sont-ils contents, les utilisateurs ravis ? Malheureusement non ! Il reste encore bien du chemin à parcourir avant que le développement Agile ne réponde parfaitement aux besoins de l’entreprise.  A mon sens, l’Agilité a aujourd’hui trois défis majeurs à relever :
  1. Fabriquer les bons produits. Les livraisons fréquentes et l’écoute client sont des conditions nécessaires mais non suffisantes. Il faut aujourd’hui mieux définir les pratiques du Product Owner pour comprendre finement le besoin client, développer moins de fonctionnalités et cibler celles qui apporteront le plus de valeur.
  2. Livrer au rythme attendu par le client. Après quelques mois, celui-ci se dit souvent frustré de la vitesse à laquelle les nouvelles fonctions sont produites. Comment augmenter la production pour tenir ses exigences? Le lean management offre une approche unique pour amener les équipes à fluidifier et accélérer leur travail, bien au-delà des pratiques habituelles des rétrospectives agiles. 
  3. Tirer de tous ces efforts un avantage compétitif pour l’entreprise. Il s’agit pour les managers de comprendre comment engager chacun de leurs collaborateurs pour aligner leurs efforts sur la stratégie de l’entreprise, et s’assurer ensuite que l’investissement informatique produit les résultats escomptés. 
Des équipes qui développent rapidement les outils dont l’entreprise a vraiment besoin pour améliorer sa compétitivité, voilà la véritable agilité !

Autour du même sujet