La multiplication des terminaux mobiles au travail : un enjeu majeur de sécurité et de performance pour les entreprises

La prolifération des smartphones/tablettes sur le lieu de travail pose la question de leur administration. Les entreprises doivent répondre aux attentes de leurs collaborateurs, qui veulent une expérience utilisateur optimale, tout en relevant le défi de la sécurité.

Explosion des terminaux mobiles

La mobilité a entrainé un changement radical du parc informatique français. Si les ventes de PC marquent le pas depuis quelques années, le marché des smartphones et des tablettes connaît une croissance exponentielle avec plus de 20 millions d’unités vendues (toute catégorie confondue) en France en 2012 [1]. Une tendance confirmée par Gartner [2] qui indique même dans un récent rapport que la popularité des smartphones et tablettes devrait être en progression constante ces prochaines années, tandis que les ventes globales d’ordinateurs devraient reculer de 7,6% dès 2013, toutes catégories confondues. Le taux de pénétration de ces équipements a induit une multitude de nouveaux usages dans notre quotidien (lecture de magazines et de livres, visionnage de vidéos, etc.) qui se sont propagés à la sphère professionnelle. La tendance du « travailler n'importe où, n'importe quand » qui « ne fait que commencer » selon Forrester dans sa dernière étude [3], apporte un confort de travail et une agilité inégalés.

BYOD et mobilité : entre productivité et risque

Sur les 10.000 salariés IT interrogés dans le monde par Forrester, 29 % d’entre eux disposent de plus de trois terminaux mobiles connectés, travaillent depuis différents lieux et utilisent plusieurs applications (contre 23% en 2011). Il est indéniable que ces outils apportent de plus en plus d’avantages et de confort à leurs utilisateurs (amélioration de la productivité, facilité d’accès aux ressources de l’entreprise, etc.) et c’est donc à une vitesse incroyable qu’ils se répandent dans l’entreprise.
Porté, notamment, par l’essor du cloud computing, le BYOD (Bring Your Own Device ou comment se servir de son propre terminal pour un usage professionnel) prend de l’ampleur et assure une meilleure implication des collaborateurs. Une récente enquête internationale
4 montre que les employés qui utilisent leurs propres terminaux mobiles à des fins personnelles et professionnelles travaillent 240 heures de plus par an.

La mobilité est donc un enjeu stratégique crucial pour les entreprises, même si bon nombre d’entre elles n’ont pas encore adopté de stratégie de mobilité (6 entreprises françaises sur 10) [5]. En même temps, elle représente une des principales sources de risque informatique pour les entreprises qui se voient imposer de véritables défis pour sécuriser une telle variété d’appareils et pour se protéger contre le vol de données et les menaces liées à l’exposition de services sur Internet.
Les attaques provenant du web sont de plus en plus fréquentes et sophistiquées, capables de rendre indisponible leur infrastructure, de voler leur propriété intellectuelle ou d’accéder à des informations personnelles. Les outils centralisés traditionnels comme le firewall ne suffisent plus.
Plus que jamais, les entreprises doivent repenser leurs systèmes de sécurité pour anticiper ces évolutions de manière contrôlée. Elles doivent mettre en place des solutions de défense efficaces et distribuées qui ne remettent pas en cause la disponibilité des infrastructures et la performance des applications. Il est crucial d’étendre le périmètre de sécurité au-delà  de l’entreprise.

Des enjeux incontournables

Qui accède au réseau avec quels périphériques mobiles connectés ?
C’est la question essentielle que devrait se poser chaque entreprise pour répondre efficacement à l’explosion de la demande. Mais à l’heure actuelle, les services IT n’ont pas encore le réflexe, ni les moyens de mesurer la consommation mobile et de faire un distingo entre les périphériques connectés nomades ou fixes.

La seconde question importante pour les directions informatiques consiste à déterminer comment « rendre mobiles » les applications métiers de l’entreprise pour améliorer leur taux d’adoption. Aujourd’hui les applications doivent être disponibles et performantes, quel que soit le terminal et la localisation de l’utilisateur. Bien qu'Internet constitue un véhicule mondialisé, omniprésent et universel pour la diffusion des applications et des contenus, les restrictions inhérentes à ce « réseau des réseaux » peuvent nuire aux performances des applications professionnelles. Des performances erratiques peuvent, au bout du compte, affecter les taux d'adoption, la satisfaction et la productivité des utilisateurs.

Les services informatiques doivent dès à présent prendre en compte ces nouveaux usages au niveau de l’applicatif, de la gestion du parc informatique et de la sécurité pour répondre au virage comportementale de leurs utilisateurs. Le développement d’une stratégie de mobilité qui améliore la flexibilité de l’environnement de travail pour répondre aux besoins changeants d’un personnel hétéroclite et extrêmement disséminé ne pourra qu’accélérer la flexibilité de l’entreprise, la productivité des équipes, et la croissance à long terme.

---------------------------------
[1]
Source : Gfk – Etude sur le marché mondial de la téléphonie mobile en 2012 et les tendances 2013 à l’occasion du Mobile World Congress, Février 2013.
[2] Source :
Rapport Gartner -  Les ventes de tablettes, de Smartphones et d’ordinateurs en 2013, Avril 2013.
[3] Source : Rapport Forrester « 
Mobile Workforce Adoption Trends 2013” ,  4 Février 2013.
[4] Enquête m
enée par iPass auprès de 1100 travailleurs mobiles.
[5] Source : IDC / IFS «La mobilité dans les entreprises : Comment garder le contrôle en déplacement » – Septembre 2012.

 

 

Autour du même sujet