Le Nord, l’autre pays des datacenters

Voici un état des lieux sur la qualité de ces Datacenters, la typologies des clients qui y sont hébergés, ainsi qu’une comparaison avec les hébergeurs parisiens, en termes de taille, spécificités énergétiques, systèmes de climatisation...

Après notre focus sur l’implantation des datacenters en région PACA, découvrons de quels atouts dispose la région Nord pour attirer les opérateurs de Datacenters.

Des atouts en région

Même si l’offre de datacenters en France est fortement concentrée sur Paris (40% en nombre et 80% en surface), il n’échappe pas aux opérateurs que près de 50% de leur clientèle se trouve en région.
C’est donc fort logiquement que l’on assiste au développement de projets régionaux d’implantation de datacenters. Et la région Nord, tout comme la région Rhône-Alpes et le département des Bouches-du-Rhône, est particulièrement attractive. De nombreux atouts font de cette région l’une des zones privilégiées pour l’implantation de datacenters.

De part sa situation géographique déjà, puisqu’elle se trouve au centre d’un bassin de 100 millions de consommateurs européens et offre un accès rapide aux grands centres de décision comme Paris, Bruxelles, Londres, Amsterdam et Francfort. La région tire donc profit d’une situation qui permet la plus grande réactivité et ce, grâce à un réseau d’infrastructures de premier plan.

Le dynamisme de la politique régionale ensuite, avec la création et le développement d’Euralille. Cette métropole d’affaires, troisième plus grande de France, derrière La Défense à Paris et La Part-Dieu à Lyon, bénéficie de nombreuses infrastructures de dernière génération. A noter également la présence de Délégations de Service Public (DSP), qui sans nul doute favorisent l’implantation des opérateurs, de même que les projets de la communauté urbaine Lille Métropole, et parmi eux le déploiement de la fibre optique sur l'ensemble du territoire métropolitain à l'horizon 2020.
Un autre atout, l’activité d’EuraTechnologies, un pôle d'excellence économique de 150 000 m² dédié aux TIC, ce qui n’est pas négligeable compte tenu du potentiel de la région.

Le climat enfin, avec des températures fraîches une majeure partie de l’année. De telles conditions favorisent la mise en place des dernières innovations Green IT, comme les technologies de freecooling, consistant à maintenir la fraîcheur du datacenter grâce à l’air extérieur.

Une clientèle hétérogène

On retrouve en région Nord de gigantesques centres de données comme IBM, avec deux datacenters. Sa clientèle est principalement issue du secteur bancaire, comme la Société Générale, qui fut son tout premier client à Seclin. Construits sur un modèle traditionnel, ils offrent un niveau de résilience élevé et n’ont rien à envier aux datacenters parisiens, même si on ne peut parler de réelles innovations en termes de conception et d’installations.
A leurs côtés, des centres d’hébergement moins importants en termes de taille mais présentant des niveaux de résilience équivalents.
Parmi eux, CIV France avec son centre d’hébergement Alternative Data Center, projet fortement soutenu par la région. Ses clients : essentiellement des PME-PMI régionales et des collectivités locales. Un second datacenter devrait d’ailleurs voir le jour fin 2014 dans le Valenciennois, tandis qu'un troisième est en projet à Amiens.
On peut également citer le datacenter lillois de Comarch qui devrait ouvrir ses portes en 2014.
A noter aussi le datacenter d’EuraTechnologies, qui dispose de six salles numériques sécurisées.
Pour finir, on compte un certain nombre de petits datacenters dont le type de clientèle n’est pas connu.

De la place pour de nouveaux offreurs

Nul doute que Lille et sa région disposent de tous les atouts pour décharger Paris et Bruxelles. Et les opportunités sont réelles. Il ne faut pas perdre de vue qu’il s’agit de la première région européenne pour le financement de crédit et qu’elle est un acteur de premier plan dans de nombreux secteurs d’activités. Une position renforcée par les actions du Pôle de compétitivité Industries du Commerce (PICOM), qui développe des projets collaboratifs et des solutions innovantes dans les secteurs de la distribution, la vente à distance, la logistique, les TIC, l'électronique, le secteur bancaire et les communications.
Enfin, l’aéroport international de Lille-Lesquin situe la région à proximité immédiate de quatre grands aéroports internationaux : Paris, Londres, Bruxelles et Amsterdam.
Alors, pourquoi ne pourrait-elle pas attirer aussi une clientèle anglaise, belge ou hollandaise ?

Autour du même sujet