Comment définir « le réseau » ? Un indice, il n’est pas question ici de « l’Internet »

Nous désignons par « l'Internet » le réseau TCP/IP, réseau mondial complexe qui nous permet, entre autres, de visionner des vidéos sur YouTube. Mais Internet n’est qu'une infime partie (moins de 20 %) du réseau que nous utilisons tous quotidiennement. 

Si l’on tient compte des intranets et réseaux virtuels privés (VPN), des réseaux M2M (machine-to-machine), des étiquettes RFID qui permettent aux transporteurs d’identifier les palettes et conteneurs, des capteurs de monitoring des patients dans les hôpitaux, et même des robots qui tweetent entre eux, l'ordre de grandeur du réseau de chacun d‘entre nous est bien supérieur à celui de l'Internet.

Alors, comment définir votre réseau ?

Il s'agit de l’ensemble de vos données, de vos connexions et de vos choix, qui se lie inextricablement à chaque aspect de votre vie personnelle et professionnelle. Il est en constante évolution selon l’utilisation que vous en faites, vos besoins et les nouvelles informations qui viennent l’enrichir et dont il se sert pour s'adapter progressivement à vous. Le réseau facilite toutes les actions de votre vie professionnelle et personnelle.
Ce qui constitue le réseau d'une entreprise, ce ne sont pas les câbles et les commutateurs, routeurs et autres équilibreurs de charges distribués sous les marques Cisco, Juniper et Brocade.
Ce sont les utilisateurs, les données, les terminaux et les infrastructures quelles que soient les applications : fournir des soins personnalisés aux enfants atteints d'un cancer, guider les navires pour qu’ils puissent faire escale en toute sécurité ou accompagner le développement des entreprises à l’international.
Les professionnels des technologies cherchent à optimiser les réseaux et à séduire les entreprises et les particuliers connectés, en observant le fonctionnement de votre réseau, en y participant et en essayant de le contrôler. De Verizon à LinkedIn en passant par Google Ads, construire, étendre et alimenter différents types de réseaux est une GRANDE industrie. Mais qu'en est-il du réseau lui-même ?
Depuis trente ans, l’industrie pense le réseau comme un sous-système, de la « tuyauterie », or ce mode de raisonnement est parfaitement dépassé.
Les réseaux évoluent sans cesse, ils se modifient en un instant et de façon imprévisible. Nous devons donc changer radicalement notre manière de penser le réseau, sa construction et son administration au 21ème siècle.
Nous nous trouvons au seuil d'une nouvelle mutation technologique et économique majeure, car les réseaux sont de plus en plus sollicités par le monde entier. Une récente étude de l'International Telecommunications Union prévoit, par exemple, que le nombre d’abonnements à la téléphonie mobile passera de 6 milliards actuellement à 7,3 milliards en 2014, pour une population mondiale de 7 milliards d'individus.
Dans le même temps, le prix des équipements continue de baisser, la quantité de bande passante disponible, fiable et bon marché continue d'augmenter et il est de plus en plus facile et peu cher d'accéder à de gigantesques quantités de données. Ces effets de tectonique des plaques sont en train de transformer l'économie mondiale et mettent les réseaux à rude épreuve.
Il est terriblement compliqué et franchement inquiétant d’imaginer devoir gérer, avec les outils actuels, des réseaux qui s'étendent de façon exponentielle et sont en mutation permanente. Les ingénieurs réseaux, spécialistes de l'Internet traditionnel, sont tellement occupés par les questions d’administration et de montée en capacité qu'ils manquent cruellement de temps, qu’ils pourraient consacrer à des projets plus stratégiques, et n'ont aucune marge de manœuvre. Le nombre de personnes formées aux technologies réseau et à l’Internet n'augmentera jamais dans les mêmes proportions que la vitesse à laquelle ces changements se produisent.

Alors comment accompagner cette mutation ?

Il suffit de considérer le réseau différemment, d'automatiser son fonctionnement au moyen d’un plan de commande, au cœur d'un réseau SDN (Software-Defined Network). Ce qui fait qu’un plan de commande est viable aujourd’hui, c'est qu'il suffit de quantités ridicules de puissance de calcul pour exécuter des logiciels sophistiqués, et néanmoins abordables, lesquels permettent d’administrer un réseau à l’expansion exponentielle. Ce qui rend le plan de commande intelligent, c'est l’utilisation judicieuse des solutions d’analyse des données. La partie logicielle et analytique permet aux administrateurs réseau d'en faire plus, plus vite et sans devoir solliciter une armée d'ingénieurs hautement qualifiés.

Il n’y a pas d’autre issue

Il est pourtant impératif que chacun ait accès à un réseau robuste et pérenne. L'ancien modèle ne permet pas d’envisager des solutions satisfaisantes. Il est donc grand temps d’en changer, de revoir la définition même du réseau et de repenser la manière dont nous concevons et pilotons nos réseaux.
L’utilisation de plateformes matérielles standards pour les réseaux, comme c’est le cas avec les serveurs depuis une dizaine d’années, promet de redéfinir tout l’écosystème des réseaux.
Exactement comme les PC bon marché et les serveurs standards ont redéfini l’industrie du mainframe, avant de changer le monde de l’entreprise, puis notre quotidien, cette nouvelle vision du réseau va changer le monde.
L’avenir ne dépend pas d’Internet, ni du modèle traditionnel de conception des réseaux, mais bien de réseaux complexes, définis et pilotés par logiciel, hautement adaptables et évolutifs. Ceux qui appréhendent dès aujourd’hui la complexité et le véritable potentiel de valeur du réseau sont ceux dont les entreprises sauront s’adapter aux conditions changeantes de demain et prospérer.

Autour du même sujet