Si l'IoT est si simple, pourquoi sa mise en œuvre est-elle si compliquée ?

La connectivité fait partie intégrante du quotidien; même les personnes les plus réfractaires aux nouvelles technologies parviennent à se connecter en Wi-Fi dans leur hôtel. Le téléchargement d'apps, voire les configurations basiques de sécurité, sont à la portée de chacun.

L'Internet des Objets (IoT) promet de connecter facilement des milliards d'appareils à Internet.  Si l'on examine les technologies et les différents terminaux constituant l’IoT, nous retrouvons les smartphones, le Wi-Fi, le Bluetooth, la gestion de données, le stockage et bien sûr, la sécurité.  La plupart d'entre elles sont déjà connues depuis au moins une dizaine d'années.  Mettre en place des technologies si familières devrait donc, en théorie, être simple.

Mais le risque provient des détails. Steve Jobs avait raison lorsqu'il a dit : « Faire simple peut être plus difficile que de faire compliqué. Il faut travailler dur pour clarifier ses réflexions et simplifier les choses. »  Cela nous ramène également à une raison pour laquelle, après tant d'années, l'IoT (et même le sous-ensemble des réseaux machine-machine ou M2M) en est encore à ses balbutiements.  D'après une enquête menée en 2014 par Vodafone, plus de 75% des entreprises dans le monde ont décidé de mettre en œuvre une stratégie M2M au cours des deux prochaines années. Pourtant, elles sont moins d'un quart (22%) à avoir lancé le projet. En Europe, le taux d'adoption du M2M était légèrement inférieur à 21%, et en Amérique, il n'atteignait que 17%.

Les échecs de projets M2M/IoT sont souvent liés à des problèmes de cybersécurité ou aux défis de la gestion de déploiement à grande échelle. Mais ce ne sont là que les symptômes de la véritable cause de l'échec ou de l’abandon de ces projets : une planification inadéquate.

En tant qu'agent de mise en œuvre de l'IoT, il nous arrive souvent d'être contactés par des entreprises dont les tentatives de lancement de projets MDM se sont soldées par un échec. Le plus souvent, ces échecs peuvent s'expliquer par un manque de temps consacré aux aspects suivants :

- cerner précisément les besoins des utilisateurs finaux,

- étudier la dynamique et les subtilités des technologies en jeu,

- déterminer l'infrastructure nécessaire pour fournir des solutions basées dans le cloud,

- comprendre l'équilibre entre les coûts des produits et les niveaux de sécurité, de fiabilité, de solidité et de compatibilité, ainsi que de nombreuses autres préoccupations.

 

Aucun plan ne doit être exécuté sans une discussion préalable concernant la connectivité, la mobilité, la gestion et la sécurité.  Voici quelques points à aborder pour chaque domaine :

-    Connectivité : quelles méthodes de connectivité répondront aux besoins des clients et permettront aux produits d'être fabriqués en respectant le budget ?  Comment les technologies choisies peuvent-elles survivre à l'épreuve du temps alors que les normes évoluent ?  Quelles sont les nuances qui permettront de faire fonctionner le produit dans toutes les zones géographiques (variations technologiques, limites réglementaires, etc.) ?

-      Mobilité : nous vivons dans un monde où les interactions avec les utilisateurs se font de plus en plus via des smartphones et des tablettes, où les employés amènent leurs propres équipements et y accèdent depuis de nombreux emplacements différents.  Il est possible de choisir les technologies logicielles à mettre en œuvre pour s'adapter à l'expérience mobile des utilisateurs.  Malgré sa simplicité apparente, sans une planification adaptée, cet élément peut faire échouer un programme.

-     Gestion : comment les appareils seront-ils provisionnés ?  Le déploiement de quelques appareils peut être géré et configuré manuellement ; mais en déployer des centaines, voire des milliers, nécessite une réflexion poussée et une automatisation.   Autorisera-t-on les équipements de l'IoT à prendre certaines décisions d'eux-mêmes, à filtrer le flux des données ou à s'occuper d'autres opérations locales ou souhaite-t-on que tout soit envoyé automatiquement dans le cloud pour une gestion centrale ?  Cette question est l’une des plus importantes dans la mise en place d’un projet IoT.

-     Sécurité : il y a encore quelques années un identifiant utilisateur et un mot de passe suffisaient. De nos jours, plusieurs couches de sécurité, comprenant une authentification et un chiffrement allant du niveau des composants de l'appareil jusqu'au cloud, sont nécessaires pour garantir la protection des données critiques.

Faire simple peut parfois être plus difficile que de faire compliqué, mais ce n'est pas impossible.  Il est nécessaire de passer suffisamment de temps à planifier pour comprendre le problème à résoudre, les technologies qui mèneront au succès et pour comprendre également comment créer une solution qui ne soit pas obsolète avant même son lancement.

Le M2M et l'IoT peuvent offrir une grande simplicité et des avantages concrets s'ils sont bien mis en œuvre. Tout commence par la planification, même si celle-ci peut se révéler compliquée.

Autour du même sujet