Récupération des données en cas de sinistre : 6 règles à respecter

Piratages, inondations, incendies, catastrophes naturelles, pannes matérielles... Les menaces potentielles planant sur les données et les activités d'une entreprise sont nombreuses. Cependant, quelques étapes clés permettent aux professionnels IT de protéger efficacement leurs entreprises.

Première étape : Planifier et se documenter

Se préparer à un sinistre éventuel consiste tout d’abord à accepter pleinement le fait qu'un désastre peut se produire. Il faut pour cela visualiser les désastres potentiels, qu’il s’agisse d'un incendie détruisant le centre de traitement des données ou d’une panne d'un serveur hébergeant des données critiques. La première étape est donc de préparer des plans de restauration des données spécifiques pour chaque scénario, et de documenter chaque étape nécessaire. Cela représente un investissement de temps, mais le temps passé à planifier maintenant peut sauver l'entreprise de la faillite plus tard.

Deuxième étape : Répliquer les applications

La protection des données de l'entreprise est essentielle en cas de désastre. Mais pour assurer la continuité des activités, il est également important que les applications de l'entreprise restent fonctionnelles et accessibles aux employés, clients et partenaires, car toute interruption des opérations à la suite d'un désastre peut causer d'importants dommages. Les professionnels de l’informatique doivent sauvegarder les applications comme Active Directory, SQL, les serveurs de courrier électronique, ERP, CRM... ainsi que toutes les applications requises pour permettre aux utilisateurs d'accéder aux données et aux services.

Troisième étape : Utiliser une protection sur site et hors site

La sauvegarde et la restauration des données et applications représente une étape cruciale pour la préparation à un désastre éventuel. Mais si le serveur stockant les données de sauvegarde est dans la même pièce - ou sur le même lieu - que le serveur de stockage des données originales, les deux peuvent être endommagés simultanément, notamment en cas d'inondation ou d’incendie.

Pour se prémunir de ce type de risque, les entreprises peuvent sauvegarder et répliquer les données et les systèmes sur un équipement basé sur site et dans le Cloud. En cas de panne, la récupération à partir de la sauvegarde Cloud est rapide et l'entreprise peut redémarrer localement ou dans le Cloud. Cette approche hybride, basée sur le Cloud, protège les données dupliquées contre une destruction éventuelle.

Quatrième étape : Automatiser

Les désastres ne s'invitent que rarement au moment opportun, et même les professionnels les plus avertis peuvent avoir une réaction conflictuelle. En effet, les membres de l'équipe informatique peuvent avoir des préoccupations personnelles en tête, plus ou moins importantes selon la nature du désastre. La disponibilité, ou l’indisponibilité des techniciens IT en cas de désastre, peut donc impacter la durée d'arrêt de l’activité pour l'entreprise. L'automatisation d'un maximum de procédures permet de réduire considérablement le facteur humain dans une équation déjà très complexe.

Cinquième étape : Effectuer des tests réguliers

L'élaboration d'une stratégie et le déploiement d'une technologie de récupération des données en cas de sinistre constitue un bon départ. Mais il faut aller plus loin pour véritablement se protéger. Pour s'assurer que la stratégie de récupération en cas de désastre fonctionne avec les outils choisis, il faut procéder régulièrement à des essais pour vérifier le plan de sauvegarde. Les tests permettent de s’assurer que le plan fonctionne toujours parfaitement, même en cas d’ajout de nouveaux éléments au sein du réseau ou du centre de données.

Sixième étape : Déléguer pour plus d'efficacité

Pour la plupart des entreprises, un sinistre n'arrive heureusement pas tous les jours. C'est pourquoi même les professionnels de l’informatique les plus aguerris peuvent profiter d'un coup de main pour la récupération des données après un désastre. Lors de l’élaboration du plan et du choix de la solution, il est important de travailler avec un partenaire spécialisé dans ce domaine, bénéficiant d’une expérience et d’une expertise pour garantir une récupération réussie.

Ces 6 étapes permet de s’assurer que le sinistre, quelle que soit sa taille ou sa nature, n’entraine pas une grande période d’interruption de services et une perte de données.

Autour du même sujet