La sécurisation des applications comme seule réponse pour faire face au Shadow IT

Trop souvent, les utilisateurs les plus productifs font l’acquisition d’applications non approuvées sans en informer les services IT. Or, ils ne sont peut-être pas conscients des risques qu’impliquent ces applications non validées

Depuis les toutes dernières applications pour smartphone aux plus récents assistants vocaux, chacun a su faire place à l’innovation dans son quotidien. Et il serait bien dommage de s’en priver. Après tout, ces avancées technologiques améliorent notre vie, nous rendent plus productif et performant et nous aident à rester connectés. Voilà pourquoi, aujourd’hui nous sommes nombreux à faire du smartphone un élément essentiel de notre travail et à nous ruer sur chaque nouvelle application, nouveau service susceptible de nous faciliter la tâche.

Shadow IT, un risque pour les entreprises

Si parfois les services IT n’évoluent pas aussi vite que le voudraient les employées, il n’est pas si compliqué de contourner la procédure classique pour télécharger une application ou s’inscrire à un service cloud sans en informer l’IT. Mais trop souvent, les utilisateurs les plus productifs et les plus ambitieux font l’acquisition d’applications et de technologies non approuvées sans en informer les services informatiques – ce que l’on appelle communément le Shadow IT. Or, ces derniers ne sont peut-être pas conscients des risques qu’impliquent ces applications non validées, qui peuvent, in fine, mettre en danger leurs données personnelles et leur entreprise.

Cette tendance du Shadow IT peut exposer les entreprises à l’exfiltration de données, des malwares ou encore des tentatives de phishing. Plus grave encore, elle peut ouvrir la voie au vol de l’identité de collaborateurs, de clients, ou de secrets de fabrication. Et pire encore, conduire les entreprises à ne pas se satisfaire aux règles en vigueur et à enfreindre la loi. Et de fait, le Shadow IT étant causé par des utilisateurs peu précautionneux et imprévisible, il est difficile pour les services IT de prévenir, gérer et contrôler.

Privilégier un environnement de travail unifié

Dans ces conditions, comment les entreprises peuvent-elles fournir à leurs employés les applications et outils qu’ils souhaitent, sur les équipements de leur choix, sans pour autant compromettre la sécurité ? Un environnement de travail unifié et sécurisé peut déjà être un premier élément de réponse. En proposant des outils, applications et services efficaces, complets et en adéquation avec leurs attentes, les salariés seront moins enclins à recourir au Shadow IT, de sorte que l’IT pourra reprendre la main et limiter les dégâts.

Avec un environnement de travail unifié, le quotidien de l’utilisateur est grandement simplifié avec une identification unique et de manière sécurisée, lui permettant de vaquer à ses tâches, et ce dans un seul et même environnement numérique. Non seulement cela lui évite d’avoir à se connecter de multiple fois à de multiples applications (SaaS, entreprises…) et autres services web. Mais cela rend aussi moins tentante l’utilisation d’applications et de services non approuvés. Une simplification du travail et des process peut garantir une meilleure reconnaissance des salariés pour les applications fournies par l’entreprise.

Et en même temps, un environnement de travail unifié facilite également le quotidien des équipes IT. Les administrateurs peuvent gérer l’ensemble comme un service unique et y ajouter sans difficulté des applications, services et capacités supplémentaires à la demande. Ainsi, les services IT et sécurité gagnent en agilité et en réactivité, au bénéfice de tous les utilisateurs.

En outre, il importe que toutes les applications et tâches, dans le cadre de cet environnement de travail unifié et sécurisé, soient managées à partir du cloud, de sorte que les administrateurs puissent assurer le suivi, la maintenance et la gestion des workloads exécutées sur site et dans le cloud, y compris des services provenant de clouds multiples, en un seul et même lieu. Ce modèle facilite considérablement l’administration des environnements hybrides, il est plus économique, et l’entreprise peut adapter la capacité des services cloud à ses besoins opérationnels.

Ne pas faire l’impasse sur la sécurité

La sécurité est une condition sine qua non pour tout environnement de travail unifié. Les services de virtualisation permettent de sécuriser le déploiement des applications et des données, en les conservant hors des équipements. Pour les applications mobiles, le service de mobilité offre une gestion sécurisée des appareils et des applications, notamment en maintenant les données dans un environnement chiffré.

Par ailleurs, il est essentiel de contextualiser la sécurité afin qu’elle puisse adapter ses paramètres et ceux des applications au réseau, à l’équipement et au lieu de travail de l’utilisateur. Par exemple, un collaborateur se rendant chez un client dans un pays jugé à haut risque pourra se voir imposer d’utiliser une carte à puce virtuelle pour avoir accès au réseau de l’entreprise. Par contre, le collaborateur n’aura pas à satisfaire à cette obligation lorsqu’il accède aux mêmes applications et données depuis le siège de l’entreprise. L’environnement de travail numérique sécurisé fonctionne selon un modèle d’accès contextuel afin de garantir la protection des applications et des données à chaque stade de leur utilisation.

Les utilisateurs attendent aujourd’hui d’une technologie, qu’elle soit simple, pratique et facile à utiliser. En déployant un environnement de travail unifié et sécurisé, les entreprises peuvent simplifier leur travail et leur permettre d’utiliser librement leurs équipements favoris, tout en réduisant la tentation du Shadow IT et les risques liés à des technologies non approuvées. Ainsi, collaborateurs comme dirigeants seront satisfaits, et l’entreprise plus sécurisée.

Autour du même sujet

Annonces Google