La recherche vocale : un formidable vecteur de croissance pour le marché du SEO !

En peu de temps, la recherche vocale a bouleversé les codes du référencement naturel. Mais plutôt qu’un danger, les référenceurs devraient y voir une opportunité.


C’est un nouveau territoire, revendiqué en masse par les utilisateurs. Après s’être doucement imposée sur les interfaces des smartphones et ordinateurs, la recherche vocale se déploie désormais dans les foyers via les assistants intelligents comme Google Home et Amazon Echo. Les questions ne se tapent plus au clavier : elles se formulent à l’oral. Avec, pour conséquence, un bouleversement des méthodes du référencement naturel… et de nouveaux vecteurs de croissance pour les agences de référencement. Ces nouvelles recherches conversationnelles (déjà dans les tuyaux de Google depuis la mise à jour Colibri) devraient favoriser l'exploitation de la qualité du contenu avec notamment un travail approfondie de la sémantique (champs lexical etc.).

L’essor de la recherche vocale

Difficile d’imaginer, à peine quelques années en arrière, que les technologies les plus folles de la science-fiction trouveraient leur chemin vers le monde réel. Piloter son éclairage domestique ou commander une pizza par la voix ? Des fantasmes de grands enfants… qui ont fini par se matérialiser. Aujourd’hui, communiquer avec son téléphone portable ou avec son enceinte intelligente est devenu un geste presque banal. En 2016, Google annonçait que 20 % de toutes les recherches réalisées sur son application mobile avaient été formulées à l’oral. En Angleterre, 42% des personnes interrogées affirment utiliser la recherche vocale au quotidien (chiffres Google cités ici). Cette croissance booste les estimations : pour ComScore, 50% des requêtes pourraient être dites plutôt qu’écrites d’ici à 2020 (étude ComScore rapportée par Searchengineland).

Pareille révolution ne vient pas de nulle part. Les utilisateurs ne se laissent pas aisément convaincre de modifier leurs habitudes : il faut, pour cela, que les applications dédiées soient à la hauteur des attentes. De fait, les progrès de l’intelligence artificielle – notamment dans le domaine du deep learning – ont permis d’optimiser les usages. Pas de secret, donc : la recherche vocale gagne du terrain parce qu’elle est plus rapide (pour 43% des utilisateurs), plus pratique (pour 42%), plus ludique et plus accessible (pour 38%), mais aussi plus précise (pour 28%), selon les résultats d’une enquête WO Strategies.

Un référencement toujours plus naturel

En matière de référencement naturel, les conséquences sont immédiates : on assiste à une véritable révolution des interactions qui impose de repenser de A à Z les stratégies marketing. Recherches vocale et écrite divergent en tous points : les requêtes orales tendent à être formulées dans un langage naturel, conversationnel ; elles sont plus longues et plus précises, moins soumises aux interprétations ; et elles donnent une meilleure indication quant à l’intention des utilisateurs. Au lieu de taper sur Google une requête du type : « babysitter + Paris », un internaute demandera à son assistant vocal : « quelle babysitter serait libre aujourd’hui à partir de 21h ? ».

Conséquence : des demandes plus naturelles qui aboutissent à des résultats plus précis, capables de répondre exactement à l’intention exprimée. En ce sens, la première locution de la question devient fondamentale : on ne cherche pas la même chose quand on tape « quel film voir ce soir ? » et « comment acheter des places pour tel film ce soir ». Dans le second cas, la forme de l’interrogation suppose déjà une action à venir.

Un formidable vecteur de croissance SEO

Certes, la recherche vocale bouscule les habitudes. Mais ce serait dommage d’y voir un obstacle, quand il s’agit en réalité d’une incroyable opportunité pour les référenceurs – et les marques qui s’appuient sur des stratégies SEO.

Cela, pour une raison simple : l’essor de la recherche vocale contraint à repenser son référencement naturel pour l’adapter aux nouvelles possibilités offertes par Google. Il s’agit :

  • De construire des stratégies SEO moins dictées par les mots-clés que par les besoins réels des internautes ;
  • De réinventer la syntaxe des expressions-clés travaillées (y compris dans le domaine des liens sponsorisés) ;
  • De parvenir à répondre à un volume croissant de requêtes inédites, en lien avec le RankBrain de Google (15% des requêtes formulées quotidiennement sur le moteur de recherche sont nouvelles, comme indiqué sur cette page) qui permet de mieux comprendre l’intention de l’internaute ;
  • De viser les meilleures places dans les résultats de Google, et notamment la fameuse Position Zéro, cet encart qui permet au moteur d’offrir une réponse directe et pertinente – véritable Graal des liens organiques.

Autant de nouveaux chemins SEO qui partagent un même but : la satisfaction finale de l’utilisateur. Celle-ci est le tremplin permettant de booster l’acquisition de trafic organique, le taux de conversion, mais aussi de renforcer l’e-réputation et l’image de marque – deux composantes toujours plus essentielles du marketing digital. La recherche vocale n’est donc pas un frein à vos ambitions SEO. C’est, au contraire, un puissant accélérateur !

Google / Référencement naturel

Annonces Google