iPhone : quel bilan pour les entreprises 5 ans après ?

Depuis 2007, l'iPhone s'est écoulé à 250 millions d'exemplaires. Il a su séduire les entreprises en répondant à leurs attentes en termes de sécurité et d'administration des flottes de terminaux.

Dévoilé le 29 juin 2007 par Steve Jobs, l'iPhone s'est écoulé depuis à 250 millions d'exemplaires dans le monde (selon Strategy Analytics), et a généré un chiffre d'affaires de 150 milliards de dollars pour Apple. Derrière les chiffres, plusieurs grandes évolutions techniques et fonctionnelles ont émaillé la vie du smartphone de la firme à la pomme, mais également de son système d'exploitation mobile iOS.

Alors que la 1ère version de l'iPhone avait fait sensation à son lancement il y a 5 ans et séduit immédiatement le grand public, les entreprises ont dû patienter jusqu'au lancement de la deuxième itération du smartphone d'Apple pour considérer sérieusement ce produit. Car c'est bien avec l'iPhone 2 , lancé en 2008, qu'Apple a commencé à proposer des solutions de gestion de parc capables de concurrencer celles de RIM et de son BlackBerry, alors en position dominante dans les entreprises.

La compatibilité avec Exchange, étape indispensable pour séduire les pros

Pour y parvenir, Apple a misé sur plusieurs fonctionnalités clés censées attirer les utilisateurs professionnels. Au premier rang desquelles la prise en charge du serveur de messagerie Microsoft Exchange, la possibilité de configurer et déployer des OS par profils ou de gérer l'effacement à distance des données stockées. Autres évolutions ayant contribué à convaincre les DSI : la compatibilité avec le protocole VPN IPSec, le support du WPA2 pour le Wi-fi, ainsi que l'authentification forte à deux facteurs et la gestion des certificats numériques.

L'iPhone 2 s'est également ouvert aux applications métier qui se sont multipliées sur l'AppStore, avec notamment la disponibilité d'Oracle Business Indicators, Salesforce CRM Mobile ou encore Omniture SiteCatalyst et LogMeIn.


L'avis des DSI sur l'iPhone
NomEntrepriseCommentaires
Source : JDN Solutions
Trieu Huynh ThienDSI-adjoint du Centre Pompidou"J'utilise moi-même l'iPhone pour communiquer par mail, mais également pour accéder à mon calendrier et mon carnet de contacts. Il est synchronisé avec Exchange. Je ne peux plus m'en passer désormais pour échanger en interne."
Francis Cadevall DSI-adjoint de la Fondation de Rothschild "L'iPhone est facile à utiliser et particulièrement intuitif. En cas de problème sur la disponibilité d'un système IT dont j'ai la charge, je reçois une alerte directement sur ce smartphone."
Damien Mangin DSI de CCM Benchmark "Je suis pas partisan de la politique d'Apple en termes de verrouillage du système et de contrôle des applications, mais j'apprécie le résultat qu'elle donne. Les applications étant testées et validées par Apple, elles marchent du premier coup. Ce n'est pas toujours le cas sur Android."

Lancé en 2009, l'iPhone 3GS a quant à lui permis à Apple de continuer à faire progresser les fonctionnalités de productivité bureautique (avec notamment le support des calendriers par Yahoo!, Google et MobileMe). Tandis que l'iOS 3 a de son côté introduit notamment l'activation des réseaux privés virtuels à la demande, tout comme la révocation des certificats d'authentification.

En lançant iOS 4 en 2010, Apple a également fait un bond en avant concernant les capacités de MDM (Mobile Device Management) en ouvrant ses API. Il permet ainsi à des éditeurs tiers de développer des applications dédiées à la gestion de parc d'iPhone, parmi lesquels AirWatch Mobile Device Manager et MobileIron Virtual Smartphone Platform.

iPhone 5 et iOS 6, duo gagnant d'Apple pour pénétrer les entreprises ?

A l'heure de la consumérisation de l'informatique et du Bring Your Own Device, les terminaux mobiles iOS (mais également Android OS) ont pu progressivement gagner leurs lettres de noblesse en entreprises. Pour autant, la disponibilité d'iOS 5  n'a pas permis de répondre à toutes les problématiques de sécurité, comme a pu le rappeler le cabinet Lexsi. "Nous avons pu écrire un script qui nous a permis, à partir d'un iPhone non jailbreaké d'accéder aux e-mails, au carnet d'adresses, à l'agenda et même aux cookies", a averti Thomas Houdy, manager au sein du cabinet spécialisé en sécurité.

En avril 2012, Trend Micro a fait le point sur la sécurité de l'OS. Avec un résultat cette fois plutôt correct. Le système d'exploitation d'Apple a en effet été jugé meilleur qu'Android et Windows Phone sur le plan de la virtualisation et du support ActiveSync. Selon l'éditeur d'antivirus, iOS 5 pointe même globalement à la deuxième place des OS mobiles les plus sûrs, certes derrière BlackBerry 7, mais devant Windows Phone 7.5 et Android 2.3.

Avec un lancement prévu cet automne, l'iPhone 5 devrait s'appuyer de façon native sur la dernière version du système d'exploitation mobile, iOS 6 , présenté en bêta il y a une quinzaine de jours. Ce dernier dispose de plusieurs fonctions à même d'intéresser les pros (Remind Me, répondre à un appel via un SMS, Siri, Facetame en 3G...). iOS pourra également compter sur de nouveaux soutiens pour s'imposer en entreprises, dont un nouveau consortium réunissant plusieurs dizaines d'acteurs japonais. Des innovations en continu donc, qui devraient permettre à l'iPhone de continuer à s'implanter dans les entreprises au cours des 5 prochaines années. 

Mobilité / Smartphone