RIM : cession d'activité à l'étude

Les mauvaises nouvelles n'en finissent plus de s'accumuler pour le constructeur canadien. L'action de RIM, malmenée, pourrait bien descendre sous le seuil des 10 dollars d'ici peu. Elle en valait 40 l'année dernière.

En attendant le lancement du BlackBerry 10 sur lequel RIM mise énormément, le constructeur de smartphones et de tablettes canadien est dans une bien mauvaise posture. Quelques heures après avoir confirmé un imminent plan de licenciements massifs devant lui permettre de réaliser un milliard d'économies d'ici fin 2013, son PDG, Thorsten Heins, a indiqué que le futur du groupe est actuellement à l'étude.

Comme prévu en mars dernier, RIM a en effet mandaté les banques d'affaires Morgan Stanley et RBC Capital Markets pour étudier toutes les possibilités. Tout sera mis sur la table : cession d'activité, partenariats, licencising...

Le groupe a également lancé un profit warning sur les bénéfices à venir. Les analystes s'attendent déjà à une chute de 72% du résultat net, qui passerait alors sous la barre des 200 millions de dollars.

Le niveau des stocks a également atteint un plafond historique. Alors qu'il pesait moins de 500 millions de dollars en 2008, le niveau des stocks a passé la barre du milliard de dollars. La faute à des ventes de smartphones et de tablettes décevantes. A la bourse américaine, l'action de RIM a de nouveau reculé pour flirter avec les 10 dollars. Elle en valait 40 l'année dernière et près de 150 mi-2008.

RIM / Smartphone