Une indigestion de spam dans l'humanitaire

L'ONG Action contre la Faim a dû faire évoluer la sécurité de sa messagerie pour lutter contre le fort afflux de spam. Pour des raisons de coûts et de facilité de déploiement, elle a opté pour une appliance.

Organisation humanitaire créée en 1979, Action contre la Faim a pour objectif de lutter contre la faim par des opérations d'urgence et de favoriser l'autonomie des populations par des programmes de réhabilitation. L'ONG emploie 141 salariés au sein de son siège parisien, mais aussi 233 expatriés et 2 514 salariés locaux pour ses équipes terrain.

Quant à sa direction des services informatiques, composée de quatre membres, elle assure la gestion et la disponibilité d'une infrastructure comprenant notamment un serveur de messagerie Exchange, un ERP (hébergé à Paris et accessible via des instances Citrix pour les utilisateurs du site de Madrid), un SAN, ou encore un pare-feu, qui jusqu'en 2007 multiplie les fonctions (antivirus, relais de messagerie entrant, antispam).

Or, en raison d'un important volume de spam (sur les 20 000 messages reçus chaque jour, seuls 13% sont légitimes), le pare-feu d'Action contre la Faim souffre d'une sur-exploitation. En outre, l'activation du module antispam de ce dernier donne des résultats plus que mitigés en termes de qualité de filtrage de la messagerie électronique.

Deux mois de prêt du boîtier pour l'évaluer

"Les salariés étaient contraints de consacrer beaucoup de temps à la gestion de leur boîte aux lettres. Nous recevions des plaintes de la part de nombreux utilisateurs, pour qui le blocage et le filtrage des messages étaient devenus un investissement quotidien et une véritable perte de temps", déclare le responsable réseaux de l'ONG, Manuel Casas.

Dans le cadre du plan d'action 2007, la direction informatique se met donc en quête d'une solution dédiée à la gestion du spam et à la sécurité de la messagerie. Les produits du marché sont évalués sur la base de plusieurs critères que sont le coût et la facilité d'implémentation et d'administration. Un autre facteur pèsera finalement en faveur de l'appliance IronPort C150 : le prêt du matériel durant 2 mois à des fins de tests.

En partenariat avec son intégrateur, 2M-Equation, Action Contre la Faim installe donc le boîtier IronPort en environnement de production afin d'évaluer ses performances. Cette phase de test se déroule entre décembre 2007 et janvier 2008. Concluante, elle débouche sur un déploiement effectif. La mise en œuvre a mobilisé 2 personnes et nécessité 2 jours de préparation.

Les bénéfices sont rapidement perceptibles par les utilisateurs. "Dès le lendemain de l'installation, les utilisateurs ont pu se rendre compte de l'efficacité de l'appliance. De plus, après plus d'un an d'exploitation, nous ne déplorons aucun faux-positif constaté. Malgré tout, les utilisateurs les plus familiarisés avec l'outil informatique, bénéficient d'un accès à la quarantaine. Dans un premier temps, seul l'administrateur pouvait contrôler qu'un mail légitime n'avait pas été indûment bloqué", précise Manuel Casas.

Le gain se situe également au niveau de l'utilisation des ressources informatique. En effet le taux de charge du pare-feu a reculé de 80% à 20%. Le serveur de messagerie est lui aussi considérablement moins sollicité. En coupure, le boitier IronPort filtre les emails avant leur arrivée sur le serveur, qui n'a donc plus à traiter les 87% d'emails de spam.  

 

Spam / Cas utilisateur