Nokia se débarrasse de Symbian et licencie 4 000 personnes

Le constructeur finlandais a mis un coup d'arrêt définitif à Symbian et en confie le développement à Accenture. Si un transfert de 3 000 salariés est prévu d'ici fin 2011, 4 000 autres personnes seront remerciées.

Cap sur la cession d'actifs non stratégiques. Alors que l'annonce du plan de route pour Symbian laissait entrevoir un désengagement en douceur de Nokia, cela ne sera finalement pas le cas.

C'est même la manière forte qui a été engagée par le constructeur finlandais avec la cinglante annonce de 4 000 licenciements et le transfert à Accenture de 3 000 collaborateurs dès la fin 2011 et l'ensemble de son activité R&D relative à Symbian.

Nokia, qui avait mis la main fin 2008 sur les 52% du capital de Symbian qui lui manquait pour 264 millions d'euros, entend ainsi envoyer un signal fort au marché et à ses actionnaires qui avaient sérieusement malmené son cours de bourse à l'annonce de son rapprochement avec Microsoft en février dernier. Son objectif : dégager 1 milliard d'euros d'économies d'ici à 2013.

Accenture développera des services et applications pour Windows Phone dans un second temps

Pour y parvenir, le finlandais a donc décidé de céder toute son activité Symbian au cabinet de conseil Accenture. Un choix qui, s'il surprend de prime abord, apparaît en réalité en phase avec la stratégie d'acquisitions menée ces dernières années par ce dernier.


Après avoir acheté Digiplus en 2007, spécialisée dans la production et la distribution de contenus multimédias pour terminaux mobiles, Accenture est passé à la vitesse supérieure en 2009 en mettant la main sur les services d'ingénierie et de support de... Symbian. Un rachat qui l'a amené à intégrer 165 employés de Nokia-Symbian répartis notamment en Australie, Corée, Finlande, Japon et Royaume-Uni.

Mais aujourd'hui, ce sont 3 000 personnes qui viendront grossir les rangs du cabinet de conseil, situées dans des régions du globe une nouvelle fois très variées (Etats-Unis, Chine mais aussi Finlande et Grande-Bretagne).

Par cette occasion, Accenture prendra en charge le développement de services et d'applications mobiles pour Symbian dans un premier temps, puis, dans un second temps, pour Windows Phone, la nouvelle plate-forme de référence de Nokia.


Concernant les 4 000 licenciements, les zones concernées sont essentiellement au Danemark, en Finlande et au Royaume-Uni, sachant que les départs devraient être étalés dans le temps, d'ici fin 2012, non sans que soit réalisée en parallèle une réallocation des effectifs sur certains sites et la fermeture d'autres, afin de répondre aux impératifs de rentabilité fixés par le groupe.

Stephen Elop, P-DG de Nokia, a souhaité en tout état de cause temporiser la situation, en précisant que son groupe comptait déployer des efforts en termes d'aide au reclassement et de suivi des réembauches pour accompagner les collaborateurs remerciés.

Smartphone / Acquisition