Les robots déferlent sur le festival South By Southwest

Le festival tech SXSW a ouvert ses portes le 11 mars à Austin, Texas. Le JDN vous présente chaque jour les nouvelles tendances.

La première chose que l'on remarque en arrivant à SXSW Interactive, la partie dédiée aux médias interactifs du festival texan, est un nouvel espace entièrement dédié à la robotique. Au sein de ce lieu peu commun, ouvert depuis le 11 mars, se mélangent toutes sortes de robots, dont Jibo

Jibo est présenté par ses créateurs comme le premier robot social pour la maison. Comme le montre la vidéo ci-dessous - déjà visionnée plus de 10 millions de fois sur Youtube - les fonctionnalités du robot sont multiples : aide à l'apprentissage pour les plus jeunes, prise de photos ou de vidéos en totale indépendance mais aussi aide-cuisinier, le robot n'hésitant pas à dispenser de précieux conseils culinaires.

 

Doté de facultés de reconnaissance faciale et audio, Jibo sait automatiquement avec quel membre de la famille il interagit. Mais l'aspect le plus intéressant du robot réside sans doute dans sa fonction d'assistant personnel. Grâce à l'intelligence artificielle, le robot va par exemple être en mesure d'analyser un agenda pour proposer une heure de réveil à son propriétaire. "Le robot va apprendre à vous connaitre au fil du temps pour mieux anticiper vos besoins", expliquent ses créateurs, qui ont levé 3,7 millions de dollars sur Indiegogo en 2014 pour le fabriquer.

 

La place des robots dans notre société 

Autrefois sujet de science -fiction, la cohabitation entre l'homme et la machine devient jour après jour une réalité, même s'il faudra du temps avant que le marché devienne grand public. Mais le sujet passionne. Le réalisateur du dernier Star Wars, J.J Abrams, l'une des stars de cette édition SXSW 2016, fera d'ailleurs le déplacement à Austin pour prendre la parole sur ce thème. Pour le moment, les fabricants font tout pour tout adoucir l'image de leur machine et la rendre la plus sympathique possible. Certains, à l'image de Jibo n'hésitent d'ailleurs plus à présenter leur robot non pas comme un objet connecté mais comme un membre de la famille.

Car pour faire accepter les robots dans notre quotidien, les fabricants misent sur leur adoption, notamment d'un point de vue affectif, à l'image d'un animal de compagnie. Et le pari marketing n'est pas si fou que ça... En 2013, des chercheurs allemands de l'université  de Duisbourg-Essen avaient démontré que l'homme pouvait ressentir de l'empathie à l'égard d'une machine. Les universitaires avaient notamment réalisé des clips vidéos montrant un petit robot nommé Pleo se faire maltraiter, en observant les réactions des individus testés. Le plupart avaient ressenti du stress et une forme de compassion pour Pleo.

Les fabricants misent sur l'adoption des robots d'un point de vue affectif

Plus récemment, une autre vidéo publiée par Boston Robotics, une filiale de Google, avait suscité des réactions similaires sur les réseaux sociaux. De nombreuses personnes ayant visionné une vidéo mettant en scène un robot humanoïde soumis à différents tests avaient fait part de leur indignation, en y voyant une forme de maltraitance.

Mais Jibo est loin d'être seul sur ce marché des robots de compagnie, où se lancent de nombreuses start-up. Blue Frog Robotics, une entreprise française, a également lancé le sien, baptisé Buddy. Tout aussi sympathique que Jibo, le robot français est doté de fonctionnalités similaires avec une capacité de déplacement en plus et une plateforme de développement ouverte aux développeurs.

Cette année, à Austin, le robot domestique fait le buzz. Mais il leur faudra encore prouver qu'ils ne sont pas de simples gadgets et qu'ils pourront réellement améliorer le quotidien de leur propriétaire. Au risque de finir au rayon jouets…

 

ET AUSSI

 

IoT / Intelligence artificielle